Comment la "Ligue du LOL" a humilié une journaliste

Mélanie Wanga a subi un déferlement de cyberharcèlement en 2009, qu'elle impute aux membres de la "Ligue du LOL".

FRANCEINFO

La "Ligue du LOL" a fait irruption dans l'actualité française à la suite de la divulgation des noms de plusieurs personnes, dont des journalistes, soupçonnés d'avoir harcelé sur les réseaux sociaux plusieurs victimes déclarées. Parmi elles Mélanie Wanga, journaliste. "À l'époque, j'avais répondu à un journaliste, qui disait que la 'blackface' c'était raciste aux États-Unis, mais pas en France, et qu'on arrête d'en parler", explique la jeune femme.

"Je me sentais humiliée"

"Et moi j'avais dit : 'Bah si, c'est raciste dans les deux cas'. Et lui m'avait répondu : 'Non, non, je sais ce que je dis'. Et je lui avais dit : 'En fait ce serait bien d'écouter une personne concernée et qui vous dit que c'est raciste'. Et là j'avais eu une vague de vingt mecs qui étaient arrivés en me dénigrant, en se foutant de moi. En disant que j'étais vraiment une journaliste de pacotille", raconte-t-elle.

Un déchaînement de violence qui a eu un gros impact sur sa vie. "Je me sentais humiliée aux yeux de ma profession, je me sentais dénigrée et je perdais énormément confiance en mes capacités de réflexion, de travail, en tant que journaliste. Est-ce que je pardonne ? Pas nécessairement. Ils ont eu dix ans pour s'excuser quand même", confie Mélanie Wanga.

Mélanie Wanga
Mélanie Wanga (FRANCEINFO)