Etats-Unis : un automobiliste choisit une plaque d'immatriculation "NULL" pour éviter les PV mais en reçoit des centaines

Cet expert en sécurité informatique pensait avoir trouvé une astuce pour ne pas payer ses contraventions. Mais son idée s'est retournée contre lui. 

Un agent de la ville de San Francisco (Californie) met une contravention pour mauvais stationnement, le 21 janvier 2011. 
Un agent de la ville de San Francisco (Californie) met une contravention pour mauvais stationnement, le 21 janvier 2011.  (JUSTIN SULLIVAN / AFP)

L'arroseur arrosé. Décidé à ne pas payer ses futures amendes pour des infractions au code de la route, un Californien a tenté de faire bugguer le système informatique qui envoie automatiquement les procès-verbaux. Pour ça, il a eu une idée : se choisir une plaque d'immatriculation personnalisée – ce qui est possible aux Etats-Unis – estampillée "NULL", dans le but de perturber les systèmes informatisés de lecture automatique de plaques. Ce terme correspond, dans de nombreux systèmes informatiques, à une absence de données. 

12 000 dollars d'amendes

Le petit malin, qui se surnomme Droogie, est ingénieur en sécurité informatique. Il a raconté son histoire, repéré par Mashable (en anglais), lors de la convention de hackers DEF CON qui se tient chaque année à Las Vegas, dans le Nevada. L'histoire est en réalité une mésaventure, car le système informatique a lié à sa plaque d'immatriculation toutes les contraventions d'automobilistes enregistrées comme des erreurs, parce que leur plaque minéralogique n'avait pu être correctement lue. 

Résultats des courses : le Californien a reçu 12 000 dollars (10 700 euros) d'amendes chez lui. Après avoir contacté la police et expliqué difficilement sa situation, il est tout de même parvenu à faire supprimer toutes ces amendes.