Etats-Unis : le rapport de l'enquête russe du procureur spécial Mueller a été publié

Robert Mueller établit, dans ses conclusions, l'absence d'entente entre l'équipe de campagne électorale de Donald Trump et Moscou mais conclut ne pas être "en mesure" d'exonérer le président américain des soupçons d'entrave à la justice.

Le secrétaire d\'Etat à la Justice, William Barr, lors d\'une conférence de presse organisée pour la publication du rapport de l\'enquête menée par le procureur spécial Robert Mueller, jeudi 18 avril 2019 à Washington (Etats-Unis).
Le secrétaire d'Etat à la Justice, William Barr, lors d'une conférence de presse organisée pour la publication du rapport de l'enquête menée par le procureur spécial Robert Mueller, jeudi 18 avril 2019 à Washington (Etats-Unis). (WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

"Pas de collusion, pas d'obstruction. Pour les rageux et les démocrates de la gauche radicale, c'est Game Over." Donald Trump a célébré avec entrain la publication du rapport du procureur spécial Robert Mueller, jeudi 18 avril. Son enquête de 448 pages (en anglais), dont les conclusions avaient déjà été présentées le mois dernier, a été intégralement publiée par le ministère américain de la Justice, après avoir été expurgé de ses données confidentielles.

Cette enquête n'a pas permis d'établir des contacts entre la Russie et des membres de l'équipe de campagne du candidat républicain à la présidence américaine. En revanche, Robert Mueller est plus ambigu sur les soupçons d'entrave à la justice. "Si nous étions sûrs, après une enquête rigoureuse, que le président n'a clairement pas commis d'entrave à la justice, nous le dirions, a-t-il écrit après la publication du rapport. Sur la base des faits et des standards légaux applicables, nous ne sommes pas en mesure de prononcer ce jugement."

>> Enquête russe : quatre questions sur le rapport du procureur Robert Mueller qui donne le sourire à Donald Trump

L'enquête de Robert Mueller, qui s'est étalée pendant 22 mois, a empoisonné les deux premières années de mandat de Donald Trump. Elle a notamment été ponctuée par l'inculpation de 34 personnes russes et américaines, dont six proches collaborateurs du président Trump pour des malversations diverses.