Cet article date de plus de six ans.

Attentats de Boston : Djokhar Tsarnaev, seul suspect encore en vie, veut faire interdire son fan club

Le soutien de nombreuses femmes à l'auteur présumé de l'attaque à la bombe risquerait d'influencer le jugement, selon son avocat.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestantes soutiennent Djokhar Tsarnaev, le seul suspect encore en vie dans l'affaire des attentats du marathon de Boston (Massachusetts, Etats-Unis), devant le tribunal fédéral de la ville, le 18 décembre 2014. (BRIAN SNYDER / REUTERS )

C'est un soutien dont il se passerait bien. Djokhar Tsarnaev, l'auteur présumé du double attentat de Boston, a demandé l'interdiction des manifestations pour le soutenir lors de son procès, rapporte le Daily Mail (en anglais), mardi 23 décembre. Son avocat a déposé une motion auprès du juge, estimant que la présence des "fans" du seul suspect encore en vie devant le tribunal pourrait influencer la cour.

Ces manifestants, pour la plupart des femmes, font partie du mouvement "Free Jahar" - soit "libérez Jahar", son surnom. Des milliers de personnes se sont mobilisées sur internet, en 2013, pour défendre la cause du jeune homme de 21 ans, rappelle Slate (en anglais).

Plaidant non coupable, il risque la peine de mort 

Ces soutiens se réunissent à présent devant le tribunal de Boston et accusent le gouvernement d'avoir falsifié les preuves qui incriminent Djokhar Tsarnaev. Certaines théories conspirationnistes affirment même que le bilan des deux explosions, qui ont fait trois morts et plus de 260 blessés en avril 2013, serait faux.

Des théories qui empêcherait le procès d'être équitable, selon la défense. "Les survivants, les jurés, les témoins (...) doivent pouvoir assister au procès sans être assaillis par des accusations incendiaires", a expliqué l'avocat du suspect. Un des survivants a violemment pris à partie les manifestants, le 18 décembre, en se rendant à une audience.

L'avocat de Djokhar Tsarnaev a en outre demandé que le procès, prévu en janvier, se déroule hors de l'Etat du Massachusetts. L'Américain, d'origine tchétchène, risque la peine de mort. Il a plaidé non coupable pour les 30 chefs d'accusation qui pèsent contre lui.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.