Attentats de Boston : ce que l'on sait des frères Tsarnaev

Selon les médias américains, il sont d'origine tchétchène. Le plus âgé des deux a été entendu par le FBI en 2011.

A gauche, Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, et à droite, son frère cadet, Djokhar, 19 ans, principaux suspects dans l\'attentat du marathon de Boston.  
A gauche, Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, et à droite, son frère cadet, Djokhar, 19 ans, principaux suspects dans l'attentat du marathon de Boston.   (AP / SIPA)

Quatre jours après les attentats de Boston (Massachusetts, Etats-Unis), une piste internationale se dessine. Selon la chaîne américaine NBC (en anglais) et le New York Times (en anglais), Tamerlan Tsarnaev, le suspect tué vendredi 19 avril au cours d'une intense traque, et Djokhar Tsarnaev, son complice présumé arrêté le même jour après une journée de cavale, seraient deux frères originaires de Tchétchénie, dans le Caucase.

Francetv info résume ce que l'on sait des deux hommes soupçonnés d'être les poseurs de bombes du marathon.

Une famille originaire de Tchétchénie

Selon Russia Today (RT) (en anglais), qui cite le directeur de l'école de Makhachkala, où auraient été scolarisés les deux frères, la famille Tsarnaev, tchétchène, aurait émigré au Daguestan, république de l'extrême sud-ouest de la Russie. Puis, en 2001, elle déménage au Kirghizistan, avant de rallier les Etats-Unis en 2003"La famille, qui comprend également deux filles, Bella et Amina, avait le statut de réfugié à son arrivée en Russie", précise le quotidien. 

Le père de famille, qui vit toujours au Daguestan, a été interrogé par l'agence AP. "Mon fils est un vrai ange", a-t-il déclaré au sujet du suspect encore traqué à Boston. "Il est étudiant en deuxième année de médecine, c'est un garçon très intelligent", explique-t-il tout en précisant que sa famille l'attendait à Makhachkala pour les vacances.

"Si tu es en vie, rends-toi et demande pardon", a imploré l'oncle du garçon alors en fuite, Ruslan Tsarny, qui affirme que les deux frères vivent aux Etats-Unis depuis 10 ans. "Ce sont des nullards, ce sont des losers qui sont incapables de s'occuper d'eux-mêmes et qui se sont mis à haïr tous ceux qui réussissaient", a-t-il asséné.

Visit NBCNews.com for breaking news, world news, and news about the economy

 Tamerlan Tsarnaev : l'aîné, tué par la police

Selon le New York Times (en anglais), l'aîné, tué par la police, est âgé de 26 ans et s'appelle Tamerlan Tsarnaev. Selon les informations de Russia Today, il était fan de boxe, s'entraînait régulièrement et "rêvait d'être sélectionné dans l'équipe olympique américaine et d'être naturalisé américain". Il avait même suspendu ses études pour s'entraîner pour une compétition de boxe, les National Golden Gloves en 2009.

A droite, Tamerlan Tsarnaev, lors d\'un tournoi de boxe le 4 mai 2009 à Salt Lake City (Utah). 
A droite, Tamerlan Tsarnaev, lors d'un tournoi de boxe le 4 mai 2009 à Salt Lake City (Utah).  (GLENN DEPRIEST / GETTY IMAGES)

En 2007, le jeune homme devient résident permanent des Etats-Unis, indique NBC News citant les autorités américaines. Il a été arrêté en 2009 pour avoir frappé sa petite amie, rapporte encore RT. Dans un portrait photo du jeune homme, un journaliste lui attribue cette citation : "Je n'ai pas un seul ami américain, je ne les comprends pas".

Le FBI a par ailleurs confirmé vendredi dans un communiqué avoir entendu Tamerlan Tsarnaev en 2011, à la demande d'un "gouvernement étranger". Les autorités du pays en question, qui n'a pas été précisé, le soupçonnaient d'être "un adepte de l'islam radical" sur le point de quitter les Etats-unis pour rejoindre un mouvement armé. 

L'audition de Tamerlan Tsarnaev et de sa famille n'a pas permis "de découvrir une quelconque activité terroriste", pas plus que les recherches concernant leurs déplacements, leurs activités sur internet ou leur entourage, ajoute l'agence, dont les révélations pourraient mettrent les autorités dans l'embarras.

Il existe aussi un compte YouTube créé par un dénommé Tamerlan Tsarnaev, sans que l'on sache s'il s'agit du suspect tué par la police américaine. Ce profil, en russe, a été créé en août 2012 aux Etats-Unis et contient des liens à connotation fortement islamiste. Son fondateur avait très majoritairement partagé des liens liés à l'islam, dont plusieurs intitulés "Terroristes", qui ont été bloqués. D'autres, comme ceux intitulés "Islam" ou "Les jeunes Russes convertis à l'Islam", renvoyaient vers des discours de responsables islamistes. Tamerlan Tsarnaev s'était aussi abonné à une chaîne YouTube intitulée Allah is the one, il y a deux mois, sa dernière intervention sur sa page.

Selon Le Figaro, ses consultations sur le site de vente littéraire Amazon "en disent long sur ses préoccupations récentes: ouvrages portant sur le djihad, la confection de faux papiers à domicile, le crime organisé, la résistance tchétchène face à l'armée russe".

Djokhar Tsarnaev : le frère cadet, interpellé

L'homme qui a pris la fuite avant d'être interpellé dans un bateau à Watertown (Massachusetts), est le plus jeune des deux. Il se nomme Djokhar Tsarnaev. Agé de 19 ans, c'est l'individu qui porte une casquette blanche sur les clichés diffusés par le FBI trois jours après l'attentat.

Djokhar Tsarnaev aurait étudié durant un an au Daguestan, "sans produire aucune impression, bonne ou mauvaise", sur les professeurs. Il aurait aussi vécu en Turquie et serait arrivé aux Etats-Unis il y a un an, après avoir reçu une bourse étudiante de Cambridge. La ville, en banlieue de Boston, regroupe plusieurs universités parmi les plus prestigieuses des Etats-Unis, dont Harvard et le MIT. Un reporter de la chaîne locale WCVB a contacté la conseillère d'orientation qui a connu le suspect au lycée. Elle le décrit comme un gamin "doux", "normal" et un peu "maladroit".

Sous le choc, ses camarades de classe interviewés par Mother Jones et Buzzfeed (en anglais) décrivent un jeune homme "marrant", "très athlétique", qui avait beaucoup d'amis. Comme le rapporte Le Figaro, Djokhar Tsarnaev pratiquait la lutte gréco-romaine et avait décroché en mai 2011 une bourse de 2 500 dollars décernée par la ville de Boston pour lui permettre de poursuivre sa carrière de lutteur.

En étudiant le profil VKontakte, l'équivalent russe de Facebook, du jeune homme, Russia Today souligne que la dernière visite du suspect sur le réseau provient d'un téléphone portable, peu avant les attentats de Boston. Sur sa page, il dit parler russe, tchétchène et anglais, place sa carrière et l'argent comme priorités, et revendique sa foi en l'islam, selon Russia Today.