Turquie : la Gay Pride envers et contre tout

Dimanche 1er juillet, les policiers turcs ont dispersé la foule réunie pour la Marche des fiertés à Istanbul (Turquie). Le rassemblement n'était pas autorisé. 

Voir la vidéo
FRANCEINFO

Gaz lacrymogène, tirs avec des balles en caoutchouc. La police n'a pas hésité à employer les grands moyens pour disperser la Marche des fiertés dimanche 1er juillet à Istanbul (Turquie). Malgré cela, drapeaux multicolores à la main, environ un millier de personnes ont bravé l'interdit pour fêter la Gay Pride

"Nous allons défendre nos droits jusqu'au bout"

"Une fois ils ont annulé à cause du ramadan, l'autre fois à cause des élections. Cette année, ça ne coïncidait avec rien, mais ils ont quand même trouvé une excuse. Nous allons défendre nos droits jusqu'au bout", a expliqué une jeune participante. Le gouvernement turc n'avait pas autorisé le rassemblement sous prétexte "qu'il ne peut pas en assurer la sécurité." Pourtant, des centaines de policiers étaient présents en marge de la marche des fiertés. Onze personnes ont été arrêtées par la police selon Amnesty International.

Des policiers turques utilisent du gaz lacrimogène pour disperser la foule pendant la Gay Pride d\'Istanbul.
Des policiers turques utilisent du gaz lacrimogène pour disperser la foule pendant la Gay Pride d'Istanbul. (Capture d'écran FranceInfo)