Cet article date de plus de cinq ans.

Coup d'État raté en Turquie : réunion de crise à Bruxelles

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
turquie
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

En Turquie, trois jours après la tentative de coup d'État, Washington et Bruxelles s'inquiètent ce lundi 18 juillet de la dérive répressive en cours dans le pays. Outre les milliers de militaires, la purge s'étend aux juges, aux policiers et aux fonctionnaires.

Les mains attachées, le visage tuméfié, l'ancien chef de l'armée de l'air turque a été longuement présenté devant les caméras. Il est accusé d'avoir été l'un des organisateurs du coup d'État raté. Ses officiers et lui ont été déférés ce lundi devant le tribunal d'Ankara pour être jugés.

Trois jours après le putsch avorté, des militaires hauts gradés, des soldats, des procureurs et des juges ont été arrêtés. En tout, 7 500 personnes ont été placées en garde à vue. Une reprise en main très autoritaire qui inquiète les proches de ces mutins.

L'UE préoccupée

Une répression qui inquiète également les partenaires de la Turquie, comme les Américains et les Européens, réunis cet après-midi à Bruxelles. La tentative de coup d'État a provoqué la mort de plus de 200 personnes, dont de nombreux civils.

Des funérailles nationales se sont poursuivies toute la journée dans un climat tendu. À Istanbul, le président turc Erdogan a même porté le cercueil d'une victime avant de pleurer. Dimanche, il avait appelé au rétablissement de la peine de mort

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.