Reportage "Il est notre père" : à Istanbul, le meeting monstre de Recep Tayyip Erdogan, à une semaine de l'élection présidentielle

La campagne pour les législatives et la présidentielle en Turquie entre dans sa dernière ligne droite. Le président Recep Tayyip Erdogan a organisé dimanche un immense meeting sur le tarmac de l’aéroport Atatürk.
Article rédigé par Marie-Pierre Vérot, France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une foule immanse a assisté au meeting de Recep Tayyip Erdogan, pour la campagne présidentielle à l'aéroport Ataturk d'Istanbul, le 7 mai 2023. (DEMIROREN NEWS AGENCY / VIA AFP)

Une véritable marée humaine, des familles, femmes voilées et des hommes brandissant le drapeau rouge et blanc de la Turquie, le portrait de leur "reis", leur chef, dont certains se sont enveloppés. Recep Tayyip Erdogan, lunettes de soleil noires, exhorte la foule à aller voter dimanche 14 mai pour les législatives et la présidentielle en amenant tous ses amis. "Si Istanbul dit oui, nous allons gagner", lance le président turc. Il est légèrement devancé dans les sondages par le candidat Kemal Kiliçdaroglu, derrière qui se sont rassemblés six partis d'opposition.

>> Election en Turquie : après 20 ans au pouvoir de Recep Tayyip Erdogan, l'opposition "y croit tous pour la première fois"

Ce week-end, les deux camps organisaient des meetings géants à Istanbul la plus grande ville du pays, celle aussi qui rassemble près de 20% du corps électoral. Samedi, Kemal Kiliçdaroglu a promis le retour de la démocratie et d'apaiser le pays. Dimanche, c'était au tour du président Erdogan de rassembler ses fans. Ils étaient plusieurs dizaines voire centaines de milliers venus l'écouter sur le tarmac de l'ancien aéroport Atatürk d'Istanbul, pour ce que le parti AKP du président a appelé "le meeting du siècle".

Le meeting de Recep Tayyip Erdogan à l'aéroport Ataturk d'Istanbul, le 7 mai 2023. (TOLGA ILDUN / MAXPPP)

"Avec Erdogan, nous dirigerons le monde"

Séduire la grande cité qui rassemble 11 millions d'électeurs, c'est le pari du président. Un véritable défi, mais tous ceux qui sont venus ne veulent pas envisager une seconde la défaite. "Que Dieu nous en préserve !", s'exclame Leila qui a le visage rayonnant. "Cela fait vingt ans qu'il est numéro 1. La Turquie est dans un état magnifique. L'Europe jalouse notre pays. Vous voyez, on a des drones, des drones de combat, des bâtiments de guerre. Qui d'autre fait cela ? Nous n'avons personne d'autre pour qui voter. Il est notre père !"

Nurdan assure qu'elle n'a pas raté un seul de ses meetings en 20 ans : "Si nous le gardons comme président, notre pays ira encore de l'avant et nous serons les leaders du monde. Avec Erdogan, nous dirigerons le monde." Quant à la crise qui étrangle le pays, elle la balaie d'un revers de main : "C'est la faute des puissances étrangères. Elles veulent nous faire chuter avec la crise économique, mais elles se trompent. Moi, je peux supporter d'avoir faim, mais je ne peux pas perdre mon pays."

"On ne lâchera pas Erdogan"

Au pied de la tribune, les yeux levés vers le président, Mehmet renchérit : "Il y a des problèmes partout dans le monde, même en France, en Allemagne, aux Etats-Unis. C'est temporaire. On ne lâchera pas Erdogan à cause de cela."

"Il a ouvert Sainte-Sophie, ça c'est bien, il assure le progrès technologique de la nation, il a construit des routes, des ponts et toutes les infrastructures."

Mehmet, pro-Erdogan

à franceinfo

C'est un rassemblement autour d'une personne que tous adulent. Le président Erdogan sera d'ailleurs le seul à prendre la parole devant la foule qui tangue sous le soleil. Un président qui accuse son adversaire d'être un alcoolique, de pactiser avec les terroristes. L'anathème tient lieu de programme.

Erdogan organise un méga-meeting à Istanbul - Marie-Pierre Vérot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.