Relations franco-turques : Jean-Yves Le Drian dénonce "une volonté d'attiser la haine", l'ambassadeur de retour dimanche

Après les propos du président turc, mettant en doute la "santé mentale" d'Emmanuel Macron, le ministre des Affaires étrangères dénonce, dimanche matin, "une propagande haineuse et calomnieuse" contre la France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, à la sortie du Conseil des ministres à Paris, le 23 septembre 2020. (JULIEN MATTIA / ANADOLU AGENCY / AFP)

Dans le monde habituellement feutré de la diplomatie, il est rare de déceler une telle fermeté dans un communiqué du Quai d'Orsay. Surtout lorsqu'il est signé Jean-Yves Le Drian. Réagissant aux propos du président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui invitait Emmanuel Macron à "faire des examens de santé mentale", le ministre français des Affaires étrangères dénonce, dimanche 25 octobre, "une volonté d'attiser la haine" contre la France et son président. 

Le ministre des Affaires étrangères fustige les "insultes directes contre le président, exprimées au plus haut niveau de l'Etat turc (…) Un comportement inadmissible, a fortiori de la part d'un pays allié".

Manque de solidarité

"A l'absence de toute marque officielle de condamnation ou de solidarité des autorités turques après l'attentat terroriste de Conflans-Sainte-Honorine, s'ajoutent désormais depuis quelques jours une propagande haineuse et calomnieuse contre la France", poursuit Jean-Yves Le Drian. Il souligne par ailleurs que l'ambassadeur français en Turquie sera de retour à Paris "pour consultation", dès dimanche.

Deux semaines plus tôt, Recep Tayyip Erdogan avait déjà dénoncé comme une provocation les déclarations du président français sur le "séparatisme islamiste" et la nécessité de "structurer l'islam" en France, alors que l'exécutif présentait un projet de loi sur ce thème.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.