Une vingtaine de "terroristes islamistes" vont sortir de prison cette année, selon le gouvernement

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a assuré, mercredi, que le gouvernement "anticipait" ces sorties et préparait un "suivi extrêmement précis".

Un surveillant dans un couloir du centre pénitentiaire de Lille-Annœulin (Nord), le 22 février 2018.
Un surveillant dans un couloir du centre pénitentiaire de Lille-Annœulin (Nord), le 22 février 2018. (MAXPPP)

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a assuré, mercredi 6 juin, que le gouvernement était "arc-bouté" sur le suivi de la vingtaine de condamnés pour faits de terrorisme appelés à sortir de prison cette année.

"Nous avons à peu près cinq cents détenus qui sont radicalisés comme terroristes islamistes. Sur ces cinq cents-là, il y en aura une vingtaine cette année qui sortent, et puis à peu près une vingtaine ou une trentaine l'année prochaine", a déclaré Nicole Belloubet sur BFMTV. En parallèle, des détenus condamnés pour des faits de droit commun mais connus pour radicalisation islamiste sortiront en 2019. "Cela fait autour de 450 personnes", a précisé la ministre.

Un suivi "extrêmement précis" après la sortie

"Le gouvernement est arc-bouté sur le suivi de ces personnes, a assuré Nicole Belloubet. Quand ils sortent de prison, il y a deux mots clés : nous anticipons leur sortie et nous les suivons de manière extrêmement précise." Des fiches de renseignement sont notamment construites par les services du renseignement pénitentiaire et transmises aux services de la sécurité intérieure ou au renseignement territorial, en fonction des situations.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, avait promis, la semaine dernière, un suivi "sans naïveté" de ces condamnés, un sujet de préoccupation qualifié de "majeur" par le procureur de la République de Paris, François Molins.