Sahel : Aqmi a désigné son nouvel émir pour remplacer Abdelmalek Droukdal

L’algérien Youssef Abou Oubéida succède à Droukdal à la tête d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). L'organisation a annoncé dans une vidéo le remplacement de son leader, tué en juin 2020 au Mali par les forces françaises.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cette photo publiée le 23 mai 2012 montre Abdelmalek Droukdal (à gauche), ancien dirigeant d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), tué par l’armée française en juin 2020, au nord Mali.  (Al-Andalus / AFP)

Al-Qaïda à un nouveau chef au Sahel. Selon le SITE Intelligence Group, qui surveille les sites jihadistes, Youssef Abou Oubéida al-Annabi remplace Abdelmalek Droukdal tué en juin 2020 lors d’une opération militaire française (avec l’aide des américains) dans le nord du Mali. Comme son prédécesseur, il est Algérien de nationalité, ce qui confirme l'origine algérienne de ce mouvement.

Aqmi, un mouvement issu du GIA algérien

Youssef Abou Oubeïda  al-Annabi est un pseudonyme, de son vrai nom Yezid Moubarak. Selon les experts, il aurait participé à la guerre d’Afghanistan, au début des années 1990, avant de rejoindre en Algérie les rangs de l’Armée islamique du salut, en 1993.

Il est accusé d’avoir participé, à Alger, en 2007, à des attentats contre des bâtiments officiels, dont des postes de police. Il est également impliqué, en janvier 2013, dans l’attaque et la prise d’otages du site gazier d’In Amenas, en Algérie, qui s’est soldée par la mort de 40 employés de plusieurs nationalités et de 29 jihadistes.
Fiché sur la liste noire des terroristes établie par les Américains, Abou Oubéïda est condamné à mort par contumace par la justice en Algérie.

Aqmi a transféré depuis 2012 la quasi-totalité de ses chefs et de sa logistique de l'Algérie vers le Sahel

Mathieu Guidère spécialiste des mouvements jihadistes

Le Point

Iyad Ag Ghali, le véritable homme fort au Sahel

Selon le chercheur Mathieu Guidère, Aqmi disposerait d’environ 5000 combattants. Youssef Abou Oubeïda  aurait participé à la création du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) qui regroupe la quasi-totalité des mouvements armés jihadistes du Sahel, dirigé par le touareg malien Iyad ag Ghali. Selon Mathieu Guidère, c'est lui le véritable homme fort d'Aqmi au Sahel. "Iyad Ag Ghali a réussi à regrouper tous les mouvements jihadistes, touaregs, arabes et peuls au sein du GSIM. Ce mouvement serait responsable de 80% des attentats dans la région. Le reste est signé de l'État islamique."
Dans cette même vidéo, Aqmi a confirmé le décès de l'otage suisse Béatrice Stockly qui avait été kidnappée à Tombouctou en janvier 2016.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.