Mort d'un militaire au Mali : le caporal-chef Maxime Blasco, un soldat héroïque

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Mort d'un militaire au Mali : le caporal-chef Maxime Blasco, un soldat héroïque
France 3
Article rédigé par
M. De Chalvron, D. Sébastien, B. Parayre, E. Jarlot, France 3 - France 3
France Télévisions

Le soldat Maxime Blasco tué au Mali le 24 septembre faisait partie du septième bataillon de chasseurs alpins de Varces (Isère). Il avait 34 ans. C'est le 52e militaire tombé au combat au Sahel depuis l'engagement de la France en 2013. 

Dans la caserne de Varces-Allières-et-Risset (Isère), les militaires ont appris la mort du caporal-chef Maxime Blasco, tireur d'élite, tué au Mali le 24 septembre lors d'une opération. Ses frères d'arme du septième bataillon des chasseurs alpins sont endeuillés. "Ça rappelle malheureusement le sens de notre engagement", commente le colonel Erwan Le Calvez. Décoré de la prestigieuse médaille militaire, Maxime Blasco avait été victime au Mali déjà, d'un crash d'hélicoptère, cible de tirs ennemis. Blessé, il avait réussi à extraire deux de ses camarades. Il leur a sauvé la vie. 

Cinquième mission au Sahel 

"Cette sensation de servir à quelque chose. Ça a pris le dessus sur mon accident", racontait-il dans une interview en juillet 2020. La cinquième mission de Maxime Blasco au Sahel aura donc été la dernière. Le vendredi 24 septembre, dans la région de Gossi, près du Burkina Fasso, il était engagé dans une opération à la poursuite de djihadistes quand il est touché par un tireur embusqué. Il décède dans les minutes qui suivent. Samedi 25, au matin, à Varces les habitants sont sous le choc. "C'est une catastrophe", déplore l'une d'entre eux. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Opération Barkhane

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.