Cet article date de plus de quatre ans.

Les fêtes de Bayonne sont maintenues mais sous haute surveillance

Après l’attaque de Nice, la question du maintien de ces festivités du Pays basque s'est posée. Finalement, elles auront bien lieu, mais avec un dispositif de sécurité renforcé.

Article rédigé par
Anna Pereira - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des "festayres" dans leur célèbre tenue rouge et blanche pendant les fêtes de Bayonne de 2015. (GAIZKA IROZ / AFP)

Que le roi Léon se rassure, ses fêtes auront bien lieu. Les fêtes de Bayonne débuteront bien ce mercredi 27 juillet et dureront jusqu'au dimanche 31 juillet. Mais, à peine plus d'une semaine après le massacre de Nice le 14-Juillet, la question de la sécurité planne sur l'évènement. Les festivités seront placées sous haute surveillance avec un dispositif de sécurité renforcé. Francetv info fait le point sur les mesures exceptionnelles déjà avancées par la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

Des effectifs supplémentaires

A cinq jours de l'évènement, le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray, le préfet Pierre-André Durand, et le procureur de la république Samuel Vuelta ont tenu une conférence de presse, jeudi 21 juillet. Ensemble, ils ont présenté le dispositif de sécurité, renforcé au niveau humain, comme au niveau matériel. 

115 agents de la police de l'air et des frontières contrôleront les trains et les gares. 389 gendarmes patrouilleront, notamment aux abords des autoroutes. 420 fonctionnaires de police seront aussi sur place, dont quatre compagnies de CRS (243 hommes). A ces effectifs s'ajouteront 60 militaires de l'opération Sentinelle ainsi qu'une vingtaine de réservistes. Des policiers en civil se mêleront également à la foule lors de patrouilles pédestres. 

La Croix-Rouge et la Protection civile prévoient d'envoyer 445 personnes. Le nombre de personnes affectées à la sécurité de l'événement sera donc plus important que pour l'édition 2015 des fêtes de Bayonne. "L'effectif global de sécurité est de 1 900 personnes au lieu de 1 800 l'an passé", a résumé le préfet, rappelant "que les risques premiers" d'un tel rassemblement pendant cinq jours et cinq nuits "sont la suralcoolisation, les mouvements de foule et les atteintes aux personnes en fin de nuit".

L'année dernière, ils étaient environ 500 policiers, 180 gendarmes, une compagnie de CRS et 180 agents d'une société privée à avoir été mobilisés pour la sécurité. A cela s'ajoutaient 500 sapeurs-pompiers et plus de 300 secouristes de la Croix-Rouge et de la Protection civile.

"Le transport d'alcool sera proscrit"

Autre mesure importante : le nombre de points d'accès au centre-ville sera réduit, il passera de sept à quatre. "Il s'agit de sécuriser les accès et donc de les limiter dans le centre historique" détaille le maire Jean-René Etchegaray. Des chicanes seront installées devant toutes ces entrées, ainsi que des plots lestés de béton qui permettront d'éviter l'entrée d'un véhicule dans le périmètre des fêtes.

Si la question du contrôle des "festayres" aux entrées n'est pas encore réglée, le préfet a annoncé que "le transport d'alcool dans le périmètre des fêtes sera proscrit". Avant de conseiller d"'éviter de venir avec des sacs à dos". Il a aussi fait état d'un arrêté qui viendra interdire les feux d'artifice et pétards, à l'exception de la traditionnelle mascleta, l'ouverture des fêtes.

Environ un million de "festayres" participent chaque année aux fêtes de Bayonne, ce qui en fait, selon l'office de tourisme de Bayonne, le cinquième plus gros rassemblement populaire au monde. 

"Nous n'avons pas d'éléments pour les annuler"

Dans un article paru vendredi 15 juillet dans Sud Ouest, le quotidien évoquait une possible annulation de l'évènement, suscitant la crainte des habitants et, surtout, des commerçants. Le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Pierre-André Durand, avait été prompt à rassurer les Bayonnais, le jour-même, il déclarait : "Nous n'envisageons pas en l'état actuel de nos évaluations de supprimer les Fêtes de Bayonne. Elles sont maintenues, en tenant compte d'une actualisation de la menace". La sécurité serait renforcée, mais il insistait qu'aucun risque précis n'avait pour lors été identifié : "Nous n'avons pas d'éléments en l'état actuel pour les annuler. Pour autant, nous avons décidé de renforcer la sécurisation de cet événement. Nous travaillons à conforter les mesures de sécurité ainsi que les mesures réglementaires concernant les flux".

Pour assurer la sécurité de cette fête populaire, le maire de Bayonne précise néanmoins que le travail de sécurisation n'est pas terminé : "Nous complétons chaque jour un peu plus ce dispositif".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.