"Ça va faire boum" : autopsie d'une fausse alerte qui en dit long sur notre peur des attentats

Une incompréhension, un ballon qui explose... Il en faut parfois peu pour déclencher de vastes opérations policières. Mais si ces fausses alertes ont peu de répercussions, certaines peuvent parfois provoquer un emballement ahurissant.

Photo d\'illustration montrant des policiers devant le palais de Justice de Bruxelles, le 15 mars 2018.
Photo d'illustration montrant des policiers devant le palais de Justice de Bruxelles, le 15 mars 2018. (THIERRY ROGE / AFP)

Scène de panique dans le groupe scolaire Saint-Genès à Talence (Gironde). Jeudi 24 mai, les 200 élèves de primaire et les 500 collégiens de l'établissement ont été évacués après une alerte à la bombe provoqué par un appel suspect. "On a vu tout le monde courir, descendre les escaliers", raconte Lou, une adolescente interrogée par France 3 Aquitaine"On a tous fait une crise de panique", ajoute Clémence, sa copine de 4e. Les démineurs sont mobilisés pour inspecter un colis suspect et des SMS sont envoyés aux parents d'élèves pour les prévenir de la situation.

Finalement, tout revient dans l'ordre à 14 heures. Il s'agissait en réalité d'une fausse alerte. Le colis suspect n'est rien d'autre qu'un carton de cartouches d'encre, récemment déposé par un livreur. Le coup de fil ? Un simple appel d'un adolescent qui se renseignait sur l'évolution de sa demande d'inscription. Originaire d'Europe de l'Est, le jeune homme s'exprimait dans un français mal-maîtrisé, selon les informations de Sud Ouest. Au bout du fil, la surveillante a interprété cet appel comme une menace terroriste.

Un phénomène qui explose

Un affolement collectif loin d'être isolé. Vendredi 1er juin, le parking de l'immense centre commercial Val d'Europe, à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), a été évacué, provoquant l'inquiétude de nombreux internautes seulement deux mois après l'attentat du Super U de Trèbes (Aude). En cause : la découverte d'une voiture abandonnée qui portait l'inscription "Allahu akbar" sur une portière.

Quelque jours plus tôt, c'est dans la gare parisienne d'Austerlitz qu'une opération de police a été lancée. Là encore, les réseaux sociaux s'enflamment. Cette fois, l'alerte a été donnée par un agent de la SNCF, affirmant avoir entendu des détonations. Il s'agit en réalité de deux ballons de baudruche d'un restaurant McDonald's voisin qui avaient éclaté.

"Les citoyens sont plus vigilants, donc logiquement, il y a plus d'alertes qui mènent à plus de vérifications. Aucun risque n'est pris", assure une source bien informée face à cette recrudescence de fausses alertes. Si la plupart sont sans conséquences, d'autres peuvent prendre des proportions énormes, comme l'année dernière à l'Ancienne Belgique, une salle de spectacle bruxelloise.

"Tout le monde avait en tête le Bataclan"

Réunis pour le concert de la chanteuse Jain en cette fraîche soirée du 25 février, les 1 000 amateurs de musique pop découvrent avec étonnement un imposant membre du personnel de l'établissement monter sur scène. "Je vais vous demander de quitter la salle par les sorties de secours. (...) Ce n'est pas une blague", lance-t-il au micro. Pour ne pas créer d'élan de panique, il ne parle pas d'alerte à la bombe, mais de "problème".

En quelques minutes, le public est exfiltré. Policiers et militaires – postés en factions dans le centre de la capitale belge depuis l'attentat du 22-Mars – ne tardent pas à établir un périmètre de sécurité. "Il y avait beaucoup d'incompréhension", se souvient Jeremy Audouard, journaliste freelance qui passait par là par hasard. Des infos circulaient à droite à gauche, sur les réseaux sociaux. Évidemment, à ce moment-là, tout le monde avait en tête le Bataclan." Steve, un spectateur qui se trouvait dans la salle, confirme :

J'ai directement pensé à une attaque terroriste. J'ai publié un statut Facebook pour dire où je me trouvais, chose que je ne fais jamais habituellement. Je n'ai rien dit de plus pour éviter que mes proches s'inquiètent inutilement.Steveà franceinfo

Comme pour le 13-Novembre à Paris, les attentats du 22-Mars ont laissé une marque indélébile dans l'esprit des Bruxellois. "Ces événements ont eu un fort impact traumatique sur tout le monde, même si celui-ci n'est évidemment pas du même ordre lorsque l'on est une victime directe", analyse la psychiatre Muriel Salmona, spécialiste des traumatismes qui suit plusieurs victimes des attentats de Paris et de Nice.

Tout ce ce que l'on ressent au moment de la situation traumatique est, en quelque sorte, piégé dans notre mémoire. Lorsqu'on est à nouveau exposé à une situation d'alerte, l'angoisse et la sidération resurgissent. Dans ces moments, notre cerveau agi comme une machine à remonter le temps.Muriel Salmonaà franceinfo

"Une jeune fille s'est sentie mal pendant l'attente. Elle a été prise en charge par les secours", se remémore Catherine, Lilloise venue au concert avec sa fille de 8 ans. La mère de famille voit défiler les démineurs et les chiens entraînés à la détection d'explosifs. "Je ne voulais pas transmettre mon stress à ma fille, mais je lui ai dit la vérité. Je lui ai expliqué que les policiers cherchaient une bombe, mais qu'il y avait souvent des fausses alertes."

Une mauvaise blague ?

Cette fausse alerte et l'opération policière qui s'est ensuivie sont en réalité nées d'une petite phrase, prononcée une heure plus tôt. Aux alentours de 19h30, un groupe de jeunes femmes fait la queue devant la salle de spectacle, quand un homme, âgé d'une quarantaine d'années et dont les yeux sont cerclés de fines lunettes, les interpelle. "Ne rentrez pas, parce que ça va faire boum". "Quoi ?", répond le groupe. "Ça va faire boum", répond-il.

Vraie menace ou tentative de drague lourdaude signifiant qu'il les considérait comme des "bombes" ? Impossible à dire. Une jeune femme, de passage dans le quartier avec un ami, a en tout cas assisté à la scène et décide de se rendre au commissariat, situé à quelques centaines de mètres. "Vu le contexte actuel, j'ai préféré venir vous aviser des faits", explique-t-elle aux fonctionnaires.

Une petite phrase suffit-elle à provoquer une telle opération ? "Ce sont les forces de l'ordre qui jugent quelle est la réponse à apporter à une situation préoccupante. Cette évacuation a eu lieu dans un contexte particulier. Elle fait suite à plusieurs attaques terroristes de ce type survenues en Belgique et en France", souligne le parquet de Bruxelles, interrogé par franceinfo, qui rappelle que, comme en France, une "fausse information d'attentat" est passible d'une peine allant de trois mois à deux ans de prison.

"J'ai vu des armes pointées sur moi"

Environ deux heures après l'évacuation, et une fois toutes les vérifications effectuées, les spectateurs sont autorisés à revenir dans la salle. "Merci beaucoup d'être resté. Je sais que l'attente a été longue", lance la chanteuse toulousaine en remontant sur scène. Pendant le concert de Jain, les enquêteurs cherchent à retrouver l'homme aux fines lunettes. A 2 heures du matin, un groupe d'intervention débarque chez Fayçal Cheffou, un Bruxellois déjà accusé à tort d'avoir participé aux attentats de Bruxelles"J'ai entendu du bruit derrière ma porte. J'ai demandé qui était là et on m'a répondu que c'était la police", raconte le trentenaire. 

Une fois la porte ouverte, j'ai vu de la lumière et des armes pointées sur moi. On m'a demandé de me mettre au sol. Ils m'ont alors mis les menottes et emmené vers le commissariat de police. L'un des policiers était très virulent et me faisait peur.Fayçal Cheffoulors de son audition

Le temps de l'intervention, la circulation est brièvement coupée dans la rue, tout comme l'électricité de l'immeuble dans lequel réside Fayçal Cheffou. Son appartement, un petit studio situé sous les toits, est perquisitionné. Mais les enquêteurs ne trouvent rien. "J'ai vu des policiers avec un bélier, un pied-de-biche. Ils avaient des cagoules. Si je ne m'étais pas réveillé, je suppose qu'ils auraient défoncé ma porte d'entrée. Pourquoi tout cela ?" interroge-t-il.

Un suspect toujours dans la nature

D'après le dossier, que franceinfo a pu consulter, sa "physionomie" correspond aux photos du suspect "tirées des images enregistrées par les caméras de surveillance" de la salle de concert. "Nous avons l'intime conviction qu'il pourrait s'agir du même homme. (...) Néanmoins, nous constatons que les cheveux de l'auteur des menaces sont plus long", précise le document. Innocenté, Fayçal Cheffou rentre chez lui au petit matin.

Les moyens mis en œuvre dans cette enquête étaient-ils justifiés ? "Aucun risque n'est pris", commente brièvement une source proche du dossier, interrogée par franceinfo. Persuadé d'être victime d'un acharnement policier, Fayçal Cheffou a porté plainte pour "violation de domicile" et "harcèlement", mais sa plainte a été classée sans suite. Le suspect de la fausse alerte à la bombe, lui, n'a jamais été retrouvé.