G7 et lutte contre les inégalités : "Il y a une vraie inquiétude concernant l'Afrique", estime un économiste

"La croissance économique maintient la pauvreté", selon François Bourguignon, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales.

Autour d\'Emmanuel Macron, une partie des dirigeants invités au sommet du G7 à Biarritz, le 24 août 2019.
Autour d'Emmanuel Macron, une partie des dirigeants invités au sommet du G7 à Biarritz, le 24 août 2019. (MICHAEL KAPPELER / DPA)

"Là où il y a une vraie inquiétude, c'est concernant l'Afrique : c'est le continent en queue de peloton dans le classement des revenus dans le monde et l'Afrique perd du terrain sur les pays émergents et même sur les pays les plus riches", a analysé samedi 24 août sur franceinfo François Bourguignon, économiste, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). En ouverture du G7 de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), le président de la République Emmanuel Macron a annoncé vouloir faire de la lutte contre les inégalités et l'éducation en Afrique une priorité du sommet.

"La croissance économique maintient la pauvreté là où elle est, or comme la population croît de manière vertigineuse en Afrique, le nombre de pauvres est en train de croître", a estimé l'ancien économiste en chef et premier vice-président de la Banque mondiale à Washington entre 2003 et 2007.

"Au niveau mondial, il y a eu, durant les 20-30 dernières années, une diminution très nette de l'inégalité", a tempéré François Bourguignon. "Elle a été due en grande partie au développement fulgurant de la Chine mais aussi de l'Inde et de l'Amérique latine. On peut donc considérer que l'inégalité dans le monde, entre les habitants du globe est plus faible que ce qu'elle était il y a 20 ou 30 ans", a-t-il conclu alors que le sommet du G7 dure jusqu'à lundi 26 août à Biarritz.