Cet article date de plus de neuf ans.

Shanghai : questions et critiques après la bousculade mortelle

Un média officiel chinois reproche à la police de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour empêcher la bousculade de Shanghaï. Ce drame du Nouvel an a fait 36 morts et une quarantaine de blessés.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (A l'heure des hommages aux victimes de la bousculade de Shanghai, des critiques visent la police © MaxPPP)

Dans un premier temps, l’hypothèse d’un lancer de faux billets de banque avait été émise pour expliquer la bousculade mortelle de Shanghai, la nuit du réveillon. L’explication avancée a été rapidement mise en doute et ce vendredi, elle est écartée par la police, cible à présent de l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

Un service policier insuffisant

Qu’est ce qui a pu provoquer le chaos dangereux sur le Bund, le célèbre boulevard de Shanghai, lors du passage à l’an 2015 ? L’agence Chine nouvelle s’interroge sur les raisons du mouvement de foule et pointe l'attitude des autorités et de la police, qui n’ont pas su prévenir et encadrer une trop forte affluence.

A LIRE AUSSI ►►►Nouvel an : bousculade meurtrière à Shanghai

L’agence se demande pourquoi il y avait si peu de policiers en service, la nuit du réveillon et conclut en relevant "un manque de vigilance de la part du gouvernement, d’un manque d’attention ". Chine nouvelle, dans un commentaire rédigé en anglais, évoque aussi "un drame survenu dans le centre financier de la Chine, qui rappelle que la deuxième économie du monde est toujours un pays en développement, dont la gestion sociale demeure fragile ".

La police, qui a ouvert une enquête, n’a pas réagi pour le moment aux critiques sur ses insuffisances. Jeudi, elle n’avait pas autorisé la presse étrangère a à assister à un point de presse, alors que le bilan dramatique du "Bund de Shanghai" était pointé à la une, par la plupart des médias. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.