Teqoya, la start-up qui fabrique en France et vend en Chine

Le salon du Made in France a ouvert ses portes jeudi à Paris avec 450 exposants qui ont fait le choix de fabriquer leurs produits en France. Focus sur la start-up Teqoya, qui fabrique des purificateurs d'air en Gironde et commercialise 80% de ses produits en Chine. 

Le salon du Made in France a ouvert ses portes vendredi 18 novembre Porte de Versailles à Paris. 
Le salon du Made in France a ouvert ses portes vendredi 18 novembre Porte de Versailles à Paris.  (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Le cinquième salon du Made in France a ouvert ses portes vendredi 18 novembre Porte de Versailles à Paris. 450 exposants sont présents, qui ont fait le choix de fabriquer leurs produits en France ou réalisent les principales étapes de fabrication sur le territoire français. Parmi eux, des artisans, des entrepreneurs, des producteurs... Exemple avec une jeune start-up française, Teqoya, qui fabrique en France des purificateurs d'air, commercialisés en Chine. 

Le monde à l'envers

Alors que no

mbre d'entreprises cherchent à localiser leurs productions dans les pays émergents pour diminuer leurs coûts, la jeune start-up Teqoya a fait le pari inverse. Créée il y a bientôt deux ans, la société qui fabrique des purificateurs d’air intérieur ionisés pour des maisons et appartements, conçoit et assemble ses produits en Gironde, près de Langon. Son fondateur, Pierre Guitton, avoue faire face à de nombreuses remarques : "A chaque fois qu'on se présente en disant qu'on fabrique des produits d'électroménager en France qu'on vend en Chine, on nous regarde comme des doux dingues en équarquillant les yeux.

Quand on parle à des Français, installés de longue date en Chine, qui connaissent bien le marché, ils nous disent que c'est une bonne idée. Pierre Guitton, fondateur de Teqoyasur franceinfo

Un choix pragmatique et militant 

La start-up qui compte dix salariés a, dès le départ, ciblé la Chine. Un pays parmi les plus pollués de la planète, où ce type d'appareil sans filtre qui n'émet pas d'ozone, s'écoule comme du petit pain. Le marché mondial des purificateurs d’air intérieur est évalué entre 2 et 4 milliards de dollars, et c'est en Chine que la moitié des bénéfices se fait. Mais le choix de s'installer en France, en Gironde, est à la fois un choix d'ordre pratique et militant explique Pierre Guitton : "Le problème qui se pose pour fabriquer en Chine, c'est le contrôle de ce qui se passe réellement sur la chaîne de fabrication. Ça exige d'avoir une équipe d'ingénieurs sur place." 

Au final, le choix s'avère payant. Teqoya vend 80% de ses produits en Chine et vient de signer trois nouveaux contrats avec des distributeurs chinois, huit autres sont en discussion. 

Le Made in France a la cote en Chine

En Chine, où un quart des purificateurs d'air sont défaillants, les produits Teqoya haut de gamme, vendus entre 400 et 800 euros, commencent à percer. "La classe moyenne et supérieure chinoise a une forte appétence pour les produits occidentaux et la qualité des produits non-fabriqués sur son territoire", assure Pierre Guitton. "Il  y a des business qui se spécialisent dans la vente de produits occidentaux en ligne et des plateformes qui ne vendent que des produits français. Tout l'enjeu est de convaincre que le produit est bon et compétitif", ajoute-t-il. La start-up estime qu'elle devrait multiplier son chiffre d'affaires par cinq ou dix cette année.