Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Ce cybercriminel recherché par le FBI serait "un prestataire quasi officiel" des services secrets russes

Pour toute information qui permettrait son arrestation, le FBI offre 5 millions de dollars. Qui est le "boss" du puissant réseau cybercriminel Evil Corp ? Quels sont ses liens avec les services de renseignement russes… et avec le Kremlin ? "Complément d'enquête" au pays des hackers.

C'est à Moscou que l'on trouve les meilleurs hackers du monde. Mais certains ne se contentent pas d'opérer seuls derrière leur écran. La Russie est devenue le territoire des grands réseaux cybercriminels, organisés en cartels. L'un d'eux, Evil Corp, est accusé d'avoir volé plus de 100 millions de dollars (plus de 82 millions d'euros) sur des comptes américains et anglais. A sa tête, un trentenaire au look de "gendre idéal" : Maksim Yakoubets. Le FBI promet une récompense de 5 millions de dollars (plus de 4 millions d'euros) à celui qui permettra la capture de ce Russe considéré comme "un grand criminel du XXIe siècle". 

Recherchés par les services de renseignement américains, Yakoubets et les 16 membres d'Evil Corp restent introuvables. Pourtant, ils ne font pas vraiment profil bas sur les réseaux sociaux… Et ne font pas non plus mystère de leurs liens avec le pouvoir russe.

Un mariage somptueux avec la fille d'un vétéran des forces spéciales russes

Ces liens apparaissent plus clairement sur ces images du mariage de Maksim Yakoubets. Célébrée en 2017, la noce, grandiose, est filmée comme un show télévisé. La mariée s'appelle Aliona Benderski. Son père, Edouard Benderski, est présent. C'est un ancien des forces spéciales russes. Une photo de 2012 le montre aux côtés de Vladimir Poutine. "Je pense que Maksim Yakoubets pourrait aller tranquillement à une soirée au Kremlin, et personne ne réagirait", estime Lilya Yaparova, une journaliste d'investigation russe qui enquête depuis deux ans sur Evil Corp.

De l'espionnage de pointe, à moindres frais pour le Kremlin

Selon elle, Yakoubets est un manager ultra-efficace, et son entreprise prospérerait en toute impunité. Le FBI soupçonne les membres d'Evil Corp de remettre aux services secrets russes, le FSB, toutes les informations récoltées pendant leurs piratages. De l'espionnage de pointe, et à moindres frais pour le Kremlin. En échange de leurs services, le pouvoir laisserait les mains libres aux cyberpirates pour mener leurs attaques sur la toile mondiale… à l'exception de la Russie.

"Aujourd'hui, c'est plus qu'une simple coopération, affirme Lilya Yaparova. Yakoubets a accès à des informations classifiées, que seuls des agents du FSB peuvent consulter. Concrètement, ça veut dire que ce hacker, ce cybercriminel, est un prestataire quasi officiel du FSB. En fait, c'est l'un des leurs, et il n'aura jamais aucun problème." Mais impossible de vérifier jusqu'où s'étendent les connexions entre les pirates et les autorités russes...

Extrait de "Hackers : les nouveaux braqueurs", un document à voir dans "Complément d'enquête" le 28 janvier 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Complément d\'enquête. Ce cybercriminel recherché par le FBI serait \"un prestataire quasi officiel du FSB\", les renseignements russes
Complément d'enquête. Ce cybercriminel recherché par le FBI serait "un prestataire quasi officiel du FSB", les renseignements russes (COMPLÉMENT D'ENQUÊTE/FRANCE 2)