Russie : Alexeï Navalny, ennemi politique numéro un de Vladimir Poutine

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min.
Alexeï Navalny est l’opposant numéro un du président russe Vladimir Poutine. Il avait été victime d’une tentative d’assassinat en aout dernier. De retour en Russie, l’opposant a été condamné à 2 ans et 8 mois de prison ferme.
France Info
Article rédigé par
Pierre Ménégier, Luc Lacroix, Max Paquereau - franceinfo
France Télévisions

Alexeï Navalny est l’opposant numéro un du président russe Vladimir Poutine. Il avait été victime d’une tentative d’assassinat en août dernier. De retour en Russie, l’opposant a été condamné à 2 ans et 8 mois de prison ferme. 

L’opposant numéro un au président russe Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, comparaît devant la justice, menotté. Déjà condamné pour fraude, dans un procès purement politique selon l'Union européenne, il est sur le point de recevoir sa sentence : 2 ans et 8 mois de prison ferme, le prix à payer pour qui veut dynamiter le système.

Cet avocat de 44 ans fait irruption sur la scène politique russe en décembre 2011. Il galvanise les foules autour d’un objectif : déloger Poutine, le locataire du Kremlin. Et ce, quoi qu’il en coûte. Les arrestations et séjours en prison ne semblent que renforcer sa détermination, en faisant de lui un homme dangereux pour le pouvoir. Dangereux au point de devenir une cible. 

La confession d’un de ses assassins

Le 20 août 2020, il se trouve à l'aéroport de Tomsk (Russie) et embarque pour Moscou (Russie). En plein vol, il fait un malaise et gémit de douleur. Son état se dégrade vite, et l’avion atterrit en urgence. Il sombre dans le coma. Ses partisans sont persuadés qu'il a été empoisonné. À la demande de sa femme, il est évacué en Alllemagne. Selon les conclusions : l’opposant a été victime d’un poison développé par les services secrets soviétiques. L’opposant accuse Vladimir Poutine d’avoir voulu l’éliminer. Épaulé par des médias étrangers, il mène sa contre-enquête. Navalny tient une confession de la bouche même de l’un de ses assassins.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.