Guerre en Ukraine : en Russie, l'information sous contrôle

Publié
Guerre en Ukraine : en Russie, l'information sous contrôle
Article rédigé par
L. Feuerstein, S. Agrabi, P. Acheré - France 2
France Télévisions

Une autre bataille est au cœur de la guerre, celle de l’information. En Russie, la liberté de la presse est considérée comme un poison démocratique par le Kremlin. Des députés russes ont adopté, vendredi 4 mars, un texte punissant de lourdes peines de prison toute personne relayant des informations qui discréditent l’armée du pays.

En Russie, à la télévision, les médias évoquent le conflit ukrainien, mais avec des mots choisis. L’invasion en Ukraine est présentée comme une opération spéciale de libération. Aucune image des attaques russes n’est diffusée. En revanche, les médias commencent à honorer leurs héros morts au combat dans des reportages suivis par une grande partie de la population russe.

Facebook, interdit en Russie

Une journaliste demande à une Russe en qui elle a confiance. La femme répond immédiatement : "La Russie, qui d’autres je pourrais croire ? Je soutiens totalement Poutine". "Ce sont les médias étrangers qui racontent toutes ces conneries", pense un autre Russe. Les jeunes confient s’informer via les réseaux sociaux, plus fiables selon eux. Dans la matinée du 4 mars, le Parlement russe a voté une nouvelle loi dite "contre les fausses nouvelles". Il est interdit de diffuser des informations sur l’armée du pays, sous peine de prison. Facebook vient d’ailleurs d’être bloqué en Russie. Une journaliste avoue avoir supprimé tous ces posts sur l’Ukraine, car cela est devenu risqué d’en parler.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.