VIDEO. Macron : "Russia Today et Sputnik ont été des organes d'influence et de propagande mensongère"

Le chef de l'Etat assume l'exclusion des journalistes de ces organes de presse, financés par la Russie, de sa campagne électorale. Il l'a expliqué lors de la conférence de presse à Versailles avec Vladimir Poutine, lundi 

Voir la vidéo
franceinfo
avatar
franceinfo avec AFP et ReutersFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il n'a pas mâché ses mots. Deux organes de presse russes, Russia Today (RT) et Sputnik, ont eu droit à des critiques acerbes de la part d'Emmanuel Macron lors de la conférence de presse conjointe au château de Versailles (Yvelines), lundi 29 mai, pendant la visite privée du président russe Vladimir Poutine en France.

"Quand des organes de presse répandent des contrevérités infamantes, ce ne sont plus des journalistes, ce sont des organes d'influence. Russia Today et Sputnik ont été des organes d'influence durant cette campagne [la campagne pour la présidentielle en France] qui ont, à plusieurs reprises, produit des contrevérités sur ma personne et ma campagne" a répondu le président de la République à une question d'une journaliste russe.

"Des propos infamants"

"Russia Today et Sputnik ne se sont pas comportés comme des organes de presse et des journalistes, mais ils se sont comportés comme des organes d'influence, de propagande et de propagande mensongère" a ajouté Emmanuel Macron.

En février, Emmanuel Macron avait dénoncé des "attaques répétées" sur son site de campagne émanant notamment d'Ukraine, ainsi que la propagation de rumeurs ou de "propos infamant" à son endroit par les sites internet Sputnik et RT en français. Les deux médias russes pro-Kremlin avaient annoncé des poursuites contre le candidat Emmanuel Macron à l'élection présidentielle française pour des accusations d'informations mensongères.

Vladimir Poutine et Emmanuel Macron devant la presse, à Versailles (Yvelines), le 29 mai 2017.
Vladimir Poutine et Emmanuel Macron devant la presse, à Versailles (Yvelines), le 29 mai 2017. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)