Un chercheur russe poignarde l'un de ses collègues dans une base scientifique en Antarctique

Cette tentative d'homicide pourrait être due à des tensions provoquées par une longue cohabitation dans un espace confiné.

Une partie de la station de recherches russe Bellingshausen, située sur l\'île du Roi-George, en Antarctique, photographiée le 13 mars 2014. 
Une partie de la station de recherches russe Bellingshausen, située sur l'île du Roi-George, en Antarctique, photographiée le 13 mars 2014.  (VANDERLEI ALMEIDA / AFP)

Une tentative de meurtre qui fait froid dans le dos. Un chercheur russe est accusé d'avoir poignardé l'un de ses collègues dans une station de recherches située en Antarctique, rapporte l'agence russe Interfax (en russe), citée par Business Insider (en anglais). La scène s'est produite le 9 octobre, au sein de la base Bellingshausen, située sur l'île du Roi-George. La victime, dont l'identité n'a pas été révélée, a été hospitalisée au Chili. Ses jours ne sont pas en danger.

Selon le tribunal de Saint-Pétersbourg, Sergey Savitsky s'en est pris à son collègue, dans la cantine de la station de recherche, avec l'intention de le tuer. Le chercheur s'est rendu auprès du directeur de la station sans faire de résistance après avoir commis son acte, explique une source proche du dossier à Interfax. Et cette source précise que cette tentative d'homicide est probablement liée à des tensions provoquées par une longue cohabitation dans un espace confiné.

Selon Motherboard (en anglais), Sergey Savitsky a été déténu dans une église orthodoxe pendant dix jours – car il n'y a ni police, ni prison en Antarctique – avant d'être transféré en Russie, où il sera jugé pour tentative d'homicide. Selon Alexander Klepikov, responsable de l'expédition russe dans l'Antarctique, il s'agit du premier crime commis au sein de cette expédition qui existe depuis 63 ans.