Cet article date de plus de deux ans.

Piotr Pavlenski affirme à CNN avoir "volé" la vidéo intime de Benjamin Griveaux "dans l'ordinateur" d'Alexandra de Taddeo

L'artiste russe s'est exprimé dans une interview à une journaliste de la chaîne américaine CNN. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'activiste russe Piotr Pavlenski, à Paris, le 18 février 2020.  (CARINE SCHMITT / HANS LUCAS)

"J'ai volé ce matériel dans l'ordinateur [d'Alexandra de Taddeo]". L'activiste politique russe Piotr Pavlenski a révélé dans une interview à CNN (lien en anglais) la façon dont il s'est procuré les vidéos intimes de Benjamin Griveaux, vendredi 21 février. Mis en examen mardi pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" et "diffusion sans l'accord de la personne d'images à caractère sexuel", il a toujours revendiqué avoir mis en ligne ces images qui ont poussé le candidat LREM à la mairie de Paris à se retirer de la course, arguant une motivation politique. 

Egalement mise en examen, Alexandra de Taddeo, la compagne du Piotr Pavlenski, a quant à elle confirmé en garde à vue avoir été la destinaire des vidéos à caractère sexuel, mais a nié les avoir partagées, y compris avec l'activiste russe. 

"Ce n'est que le début de Pornopolitique"

"Elle ne savait pas que [j'] avais trouvé [son ordinateur] et que j'avais pris cette vidéo", a poursuivi Piotr Pavlenski. "[La vidéo] a été publiée et elle a commencé à être diffusée et après elle ne pouvait plus rien faire. Alexandra n'était pas contente que je ne lui demande pas", a-t-il expliqué.

"Ce n'est que le début du projet Pornopolitique, mais je dois tout reconstruire parce qu'après seulement trois jours, ce projet a été bloqué. Pornopolitique, c'est ma démarche artistique", a-t-il insisté. Sa démarche ? Monter un site où les internautes pourraient "regarder de la pornographie mettant en scène des hauts fonctionnaires, des politiciens, des gens de pouvoir." 

Piotr Pavlenski a par ailleurs affirmé ne pas réfléchir au fait qu'il puisse perdre son statut de réfugié politique, disant être "habitué aux menaces".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Piotr Pavlenski

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.