Rébellion de Wagner en Russie : l'objectif de la révolte était de sauver le groupe paramilitaire, "pas renverser le pouvoir dans le pays", assure Prigojine

Evguéni Prigojine a pris la parole pour la première fois depuis sa rébellion, dans un message de 11 minutes. Il estime que son épopée a révélé de "graves problèmes de sécurité" en Russie.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Evguéni Prigojine, le 24 juin 2023, à Rostov-sur-le-Don, en Russie. (STRINGER / ANADOLU AGENCY / AFP)

Il assure ne pas avoir mené de coup d'Etat. Evguéni Prigojine a déclaré, lundi 26 juin, dans un premier message audio après la fin de sa rébellion que son but n'était pas de "renverser le pouvoir" russe, mais de sauver son groupe paramilitaire menacé d'être absorbé par l'armée. "Le but de la marche était de ne pas permettre la destruction du groupe Wagner", a-t-il assuré dans un message de 11 minutes.

L'avancée de Wagner vers Moscou lors de sa rébellion samedi a révélé de "graves problèmes de sécurité" en Russie, a par ailleurs estimé Evguéni Prigojine. Il affirme que ses hommes ont parcouru 780 kilomètres vers la capitale russe, en se heurtant à peu de résistance avant de s'arrêter à environ "200 km de Moscou".

"La marche a mis en lumière de graves problèmes de sécurité dans le pays."

Evguéni Prigojine, chef du groupe Wagner

Si le patron de Wagner n'est pas allé plus loin, c'est qu'il ne voulait pas "verser de sang russe". Il a aussi assuré avoir eu le soutien des civils rencontrés lors de son épopée de 24 heures, qui a exposé les fragilités du pouvoir russe. "Les civils allaient à notre rencontre avec des drapeaux russes et des emblèmes de Wagner, ils étaient heureux quand nous arrivions et passions à côté d'eux", a-t-il dit.

Il a voulu faire une "démonstration" 

"Le but de la marche était de ne pas permettre la destruction du groupe Wagner et tenir pour responsable ceux qui, par leurs actions non-professionnelles, ont commis un nombre considérable d'erreurs au cours de l'opération militaire spéciale" en Ukraine, a-t-il ajouté. "Nous avons démontré un haut niveau d'organisation qui devrait être celui de l'armée russe", a-t-il ajouté.

L'ancien "cuisinier de Vladimir Poutine" a répété que Wagner avait abattu des appareils de l'armée de l'air russe, ce que Moscou n'a pas confirmé. "Nous sommes désolés d'avoir été obligés de tirer sur l'aviation, mais elle nous balançait des bombes, des roquettes", a-t-il dit. Evguéni Prigojine accuse depuis des mois le ministre de la Défense Sergueï Choïgou et le chef d'état-major Valeri Guérasimov d'incompétence et d'avoir envoyé au sacrifice des dizaines de milliers de soldats.

Selon lui, le ministère a essayé de démanteler Wagner en l'absorbant, puis a frappé l'un de ses camps, faisant trente morts. Sa révolte était donc une "démonstration" de la façon dont l'offensive en Ukraine aurait, selon lui, dû être menée. Evguéni Prigojine n'a pas révélé où il se trouve, alors que le Kremlin a assuré qu'il partirait pour la Biélorussie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.