Attaque terroriste près de Moscou : les réactions de la communauté internationale

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Suite à l’attentat terroriste survenu vendredi 22 mars près de Moscou, Emmanuel Macron a exprimé "la solidarité de la France avec tout le peuple russe". L’attaque a également été condamnée fermement par Bruxelles, Berlin et Washington.
Attaque terroriste près de Moscou : les réactions de la communauté internationale Suite à l’attentat terroriste survenu vendredi 22 mars près de Moscou, Emmanuel Macron a exprimé "la solidarité de la France avec tout le peuple russe". L’attaque a également été condamnée fermement par Bruxelles, Berlin et Washington. (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - E. Meyer, P. Bouchetou
France Télévisions
franceinfo
Suite à l’attentat terroriste survenu vendredi 22 mars près de Moscou, Emmanuel Macron a exprimé "la solidarité de la France avec tout le peuple russe". L’attaque a également été condamnée fermement par Bruxelles, Berlin et Washington.

Dès l’annonce de l’attaque, vendredi 22 mars, la Russie a dénoncé un "attentat terroriste sanglant" et un crime monstrueux, commis près de sa capitale. Tous les regards se sont dans un premier temps tourné vers l’Ukraine. Un conseiller présidentiel ukrainien a démenti toute implication. "L’Ukraine n’a absolument rien à voir avec ces événements", a-t-il réagi, rappelant que le pays n’a "jamais eu recours à des méthodes de guerre terroristes"

La Maison-Blanche et l’Élysée condamnent l’attaque 


L’attaque a été revendiquée par le groupe État islamique quelques heures plus tard. Les réactions à l’international se sont ensuite enchaînées durant toute la soirée. La Maison-Blanche s’est dit aux côtés des victimes de la terrible attaque, condamnée également "fermement" par l’Élysée dans un communiqué. Emmanuel Maron a par ailleurs dit suivre "de près" la situation. Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a également condamné l’attaque, transmettant ses condoléances aux familles en deuil. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.