Russie : l'opposant russe Navalny est "très faible" et "ne reçoit pas" d'assistance médicale appropriée, selon ses avocats

"Il a du mal à s'asseoir et à parler", ont expliqué mardi ses avocats, qui ont demandé son transfert vers un "hôpital civil" de Moscou.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'opposant russe Alexeï Navalny, lors d'une audience dans un tribunal de Moscou (Russie), le 2 février 2021. (HANDOUT / MOSCOW CITY COURT PRESS SERVICE)

Alexeï Navalny va mal. En grève de la faim depuis trois semaines pour dénoncer ses conditions de détention, l'opposant russe est "très faible" et "ne reçoit pas" d'assistance médicale appropriée, ont expliqué ses avocats, mardi 20 avril, après lui avoir rendu visite à son unité carcérale hospitalière où il a été transféré lundi.

"Il a du mal à s'asseoir et à parler", a déclaré aux journalistes Olga Mikhaïlova. L'avocate a réclamé le "transfert" d'Alexeï Navalny "dans un hôpital civil" à Moscou.

Quelques heures auparavant, plusieurs docteurs menés par Anastasia Vassilieva, la médecin personnelle de l'opposant de 44 ans, avaient été refoulés de l'hôpital sans pouvoir le rencontrer.

Son état de santé suscite de vives réactions

L'état de santé d'd'Alexeï Navalny, qui souffre d'une double hernie discale selon ses avocats, suscite l'inquiétude chez ses soutiens et de vives réactions à l'étranger. L'Union européenne avait notamment demandé son hospitalisation. Les Etats-Unis ont de leur côté exhorté mardi la Russie à autoriser à des médecins "indépendants" de voir "immédiatement" l'opposant Alexeï Navalny, menaçant le pays de "conséquences" s'il devait lui arriver quelque chose durant sa détention.

Arrêté à son retour de Russie après avoir été victime d'une tentative d'empoisonnement, Alexeï Navalny a été rapidement jugé et envoyé en prison. Il est incarcéré dans la colonie de Pokrov pour une durée deux ans et demi en raison d'une affaire de fraude remontant à 2014, largement vue comme un prétexte pour l'emprisonner.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.