Russie : Alexeï Navalny a été empoisonné à son hôtel à l'aide d'une bouteille d'eau, selon l'équipe de l'opposant

Les traces de Novitchok identifiées par plusieurs laboratoires européens ont été découvertes sur une bouteille d'eau saisie dans la chambre de l'opposant, affirme son entourage jeudi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran d'une vidéo de la chambre d'hôtel d'Alexeï Navalny à Tomsk (Russie), diffusée par l'équipe de l'opposant sur Instagram le 17 septembre 2020. (NAVALNY / INSTAGRAM)

L'opposant russe Alexeï Navalny a été empoisonné à l'aide d'une bouteille d'eau qui se trouvait dans sa chambre d'hôtel de Tomsk, a affirmé son équipe, jeudi 17 septembre, sur Instagram. Jusqu'ici, il était suggéré que l'empoisonnement aurait pu avoir lieu à l'aéroport de cette ville de Sibérie, où le rival de Vladimir Poutine avait bu un thé, le 20 août, avant d'embarquer pour Moscou et de faire un malaise à bord.

L'entourage d'Alexeï Navalny affirme avoir filmé, emballé et récupéré divers éléments de preuve potentiels dans la chambre d'hôtel après avoir pris connaissance de l'hospitalisation de l'opposant. C'est sur l'une des bouteilles d'eau saisies, de marque Saint Spring ("source divine"), qu'un laboratoire allemand a découvert des traces de Novitchok, début septembre, selon ce message. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Алексей Навальный (@navalny) le

Selon le site indépendant d'investigation Proekt (en russe), qui a interrogé l'un des développeurs du Novitchok à l'époque soviétique, le poison ne se trouvait probablement pas dans l'eau mais plutôt sur la bouteille. La contamination aurait eu lieu par voie cutanée et à faible dose, d'où le malaise tardif de l'opposant.

La Russie nie toute implication

Des laboratoires français et suédois ont confirmé les analyses allemandes, si bien que Paris et Berlin ont insisté de nouveau, lundi, sur la nécessité d'une enquête russe. La Russie a quant à elle réaffirmé être étrangère aux problèmes de santé du détracteur numéro un du Kremlin et ne voir aucun indice d'une tentative d'assassinat à l'aide d'un agent neurotoxique de type Novichtok, contrairement à ce qu'affirment les trois laboratoires européens.

Mardi, Alexeï Navalny a diffusé sur Instagram un premier message et une première photo de lui depuis son empoisonnement. Sa porte-parole a signifié qu'il reviendrait en Russie une fois remis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.