Royaume-Uni : les conservateurs perdent des élections partielles déclenchées après la démission de deux députés

Le camp de Boris Johnson a perdu les circonscriptions de Wakefield et Tiverton and Honiton.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Boris Johnson, le 23 juin 2022, à Kigali (Rwanda). (DAN KITWOOD / POOL / AFP)

Les circonscriptions de Wakefield, dans le nord de l'Angleterre, et Tiverton and Honiton, dans le sud-ouest du pays, ont donné quelques sueurs froides au locataire du 10 Downing Street. Le Premier ministre britannique Boris Johnson et son parti conservateur ont subi, jeudi 23 juin, deux défaites cuisantes lors d'élections législatives partielles, déclenchées jeudi après deux démissions d'anciens députés conservateurs, Imran Khan et Neil Parish.

Le président du Parti conservateur, Oliver Dowden, a annoncé dans la foulée sa démission au Premier ministre Boris Johnson après ces défaites, les "dernières d'une série de très mauvais résultats pour notre parti".

Dans la circonscription de Tiverton and Honiton, conservatrice depuis sa création en 1997, les libéraux-démocrates centristes ont renversé la majorité par plus de 6 000 voix. Du côté de Wakefield, un fief traditionnellement travailliste ravi par les Tories en décembre 2019, c'est le Parti travailliste, principal parti d'opposition, qui l'a emporté par près de 5 000 voix.

Pour rappel, le scrutin de Wakefield a été déclenché par la démission d'Imran Khan, condamné à 18 mois de prison pour l'agression sexuelle d'un adolescent et celle du député Neil Parish, après avoir reconnu qu'il avait regardé de la pornographie sur son téléphone au Parlement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Législatives britanniques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.