Cet article date de plus d'un an.

Royaume-Uni : en pleine série de scandales, une législative partielle risquée pour Boris Johnson

Oswestry, fief du parti conservateur, pourrait basculer en faveur des libéraux-démocrates à cause des multiples scandales qui fragilisent le Premier ministre Boris Johnson. Reportage dans le North Shropshire.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Oswestry, située dans le centre de l’Angleterre, où se déroule une élection partielle le 16 décembre 2021. (RICHARD PLACE / RADIO FRANCE)

C'est une élection législative partielle qui est regardée de près. On vote jeudi 16 décembre à Oswestry, une ville située dans le centre de l’Angleterre, à la lisière du Pays de Galles. Le député conservateur a été contraint à la démission en novembre après des accusations de corruption. Il s'agit d'un fief du parti de Boris Johnson depuis des décennies mais les libéraux-démocrates font aujourd’hui figure de favoris. Dans une période où le Premier ministre conservateur est bousculé par son propre camp, cette élection fait figure de test.

>> Covid-19 : on vous explique la polémique sur les fêtes de Noël à Downing Street, qui scandalisent les Britanniques et fragilisent Boris Johnson

Le vendeur de vaisselles remballe sa marchandise sans grande précaution. Sur le marché d’Oswestry, la plus grande ville de la circonscription, dans le North Shropshire, on parle davantage de Noël et du coronavirus que de l’élection. Andrew affiche un sourire de dépit quand il évoque son vote. Il a le plus souvent glissé un bulletin conservateur dans l’urne. Mais pas cette fois. À cause de Boris Johnson ? "Un petit peu, oui, répond Andrew. Il est bon pour les fêtes de bureau, on l'a bien vu ces jours-ci. Mais en tant que Premier ministre, il n'est pas très honnête."

"Je ne pense pas qu'il y ait mieux dans l'opposition. C'est ce qui nous rend la tâche difficile. Personne ne sort du lot. On doit faire avec le meilleur du pire si vous voyez ce que je veux dire."

Andrew

à franceinfo

En 2020, à la même époque, on organisait des fêtes à Downing Street pendant qu’ici, à Oswestry, on restait à la maison, et que les familles étaient privées de rassemblement pour Noël. Aujourd’hui, le centre-ville de la commune de moins de 20 000 habitants s’anime pour cette fin d’année. Sous les guirlandes d’ampoules et pas loin d’un grand sapin éclairé, Francis fait ses courses. Il aime les traditions. "Je vais voter pour le parti conservateur, déclare-t-il. Avec la crise que nous traversons en ce moment, je trouve qu'ils font du bon boulot. C'est dommage qu'ils se soient laissés aller sur un ou deux trucs de discipline. Je pense que Boris Johnson est un bon mec. Des fois, il se comporte comme un idiot mais ça reste un type sympa."

"Boris Johnson ne pourra jamais satisfaire tout le monde"

La nouveauté cette semaine, c’est que la défiance envers le Premier ministre est venue de son propre parti. Une centaine de députés conservateurs ont voté contre son projet de pass sanitaire. Mais Boris Johnson peut compter sur des fidèles comme Leon : "J'aime bien Boris. Il est un peu différent, gros travailleur. Il ne pourra jamais satisfaire tout le monde. Peu importe ce qu'il dit, il y a toujours quelqu'un pour expliquer qu'il se trompe."

"Ces histoires de fêtes, ça aurait pu arriver avec n'importe quel parti, ce n'est pas sa faute."

Leon,

à franceinfo

Au parti conservateur, on se dit confiant pour le scrutin du jour mais on rappelle la difficulté de gagner les législatives partielles quand on est au pouvoir. Un parlementaire précise que le gouvernement Thatcher n’en avait gagné que trois en dix ans.

Au Royaume-Uni, une élection à haut risque pour Boris Johnson : reportage de Richard Place
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Royaume-Uni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.