Cet article date de plus d'un an.

Vidéo L'histoire du Novitchok, probable responsable de l'empoisonnement d'Alexeï Navalny

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Il serait responsable du coma de l'opposant russe Alexeï Navalny. C'est le Novitchok. Voici l'histoire sulfureuse de l'un des poisons les plus puissants jamais fabriqués.
BRUT
Article rédigé par

Il serait responsable du coma de l'opposant russe Alexeï Navalny. C'est le Novitchok. Voici l'histoire sulfureuse de l'un des poisons les plus puissants jamais fabriqués.

L'opposant russe Alexeï Navalny est dans le coma à cause de lui, selon le gouvernement allemand. L'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille en avaient aussi été victimes, en 2018. C'est le Novitchok, un poison soviétique à l'histoire sulfureuse. "Il est plus puissant que le sarin et le VX, ce qui signifie qu'une dose plus faible est nécessaire pour produire un effet mortel", explique Gary Stephens, professeur de pharmacologie. Après contact avec ce poison, les premiers symptômes peuvent apparaître entre 30 secondes et 2 minutes. "Ce qui se passe, c'est que le système nerveux s'emballe et que vous ressentez tous ces symptômes bizarres de paralysie et de convulsions en même temps", détaille le chimiste Andrea Sella.

Une composition obscure

Il a été mis au point pendant les années 1970, dans des laboratoires secrets de l'Union soviétique dans le cadre du programme "Foliant". "Les composés Novitchok ont été fabriqués dans les années 70 et 80 dans l'ex-Union soviétique. La raison pour laquelle ils ont été fabriqués, c'est parce qu'ils voulaient contourner le traité sur les armes chimiques. Pour ce faire, ils ont donc fabriqué deux composants distincts qui étaient non toxiques, c'est-à-dire que lorsqu'ils étaient mélangés, ils formaient un agent neurotoxique", développe Michelle Carlin, chimiste et criminologiste. Ainsi, la structure chimique de ce poison est obscure.

Au début des années 1990, alors que l'URSS s'était engagée à mettre fin au programme chimique, le Novitchok est révélé par le chimiste russe exilé Vil Mirzaïanov. La Russie est censée achever, sans aide extérieure, la destruction totale de son arsenal d'ici à décembre 2020.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.