Ex-espion russe empoisonné : la mort des animaux domestiques de Sergueï Skripal, nouveau sujet de discorde entre Moscou et Londres

Les autorités britanniques n'ont pas précisé si le chat et les deux cochons d'Inde avaient succombé au poison ou s'ils étaient morts de faim après être restés seuls dans la maison.

Une policière britannique bloque la rue menant à la maison de Sergueï Skripal, à Salisbury (Grande-Bretagne), le 10 mars 2018.
Une policière britannique bloque la rue menant à la maison de Sergueï Skripal, à Salisbury (Grande-Bretagne), le 10 mars 2018. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Des victimes collatérales. Un mois après l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, le 4 mars à Salisbury dans le sud-ouest de l'Angleterre, le sort des animaux domestiques de l'ancien espion russe a été rendu public. Le chat et les deux cochons d'Inde de l'ancien agent double ont été retrouvés morts. Une porte-parole du ministère de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales britannique l'a annoncé, jeudi 5 avril.

"Lorsqu'un vétérinaire a pu accéder à la propriété" de Sergueï Skripal, les "deux cochons d'Inde étaient malheureusement morts, a-t-elle expliqué. Un chat a également été trouvé dans un état de détresse et un chirurgien vétérinaire a pris la décision d'euthanasier l'animal pour mettre fin à ses souffrances." La porte-parole n'a pas précisé si les animaux étaient morts d'une intoxication subie lors de l'empoisonnement des Skripal ou bien de faim après être restés sans nourriture dans la maison.

Accusations et insinuations

Russes et Britanniques s'accusant mutuellement d'avoir fomenté la tentative d'assasinat de l'ancien espion, le sort funeste des animaux de compagnie des Skripal est devenu pour Moscou un nouvel argument face à Londres, rapporte le Guardian (article en anglais). "Où sont les animaux, dans quel état sont-ils ?", a demandé mercredi la porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe. "Nous parlons d'organismes vivants, et si des agents toxiques ont été utilisés, les organismes vivants ont dû souffrir."

Selon le Sun, le chat de Sergueï Skripal, qui s'appelait Nash Van Drake, a été transporté dans un laboratoire militaire, près de Salisbury, où il a été euthanasié. Les restes du chat et des cochons d'Inde ont été incinérés, selon le Sun, qui cite des sources gouvernementales.

"Est-ce une pratique normale ?", s'est interrogée la porte-parole de la diplomatie russe. La diplomate a souligné que le chat et les cochons d'Inde auraient pu représenter "une preuve importante dans cette affaire d'empoisonnement"Elle a également glissé que le laboratoire militaire a mené par le passé des expériences sur les cochons d'Inde. L'ambassade de Russie à Londres avait, quant à elle, fait état d'un deuxième chat, qui n'a pas été mentionné par la porte-parole britannique.