VIDEO. Syrie: Ayrault justifie l'absence de vote parlementaire à ce stade

Le Premier ministre a estimé que le président de la République devait garder sa "libre appréciation" d'engager ou pas la France dans une intervention militaire.

ASSEMBLEE NATIONALE

Jean-Marc Ayrault est revenu à la tribune de l'Assemblée nationale, mercredi 4 septembre, à l'issue du débat parlementaire sur le principe d'une intervention militaire en Syrie, pour y justifier l'absence de vote des parlementaires à ce stade, comme le réclament de nombreux députés. Le Premier ministre a estimé que le président de la République devait garder sa "libre appréciation" d'engager ou pas la France dans une intervention.

Le chef du gouvernement a pris pour exemple l'opération française contre les groupes jihadistes au Mali, décidée en janvier 2013. "Lorsque le président de la République a été alerté par l'appel au secours du président [malien de transition Dioncounda] Traoré que les forces extrémistes jihadistes étaient aux portes de Bamako, c'était une question d'heures", a-t-il souligné. Selon lui, "si nous avions eu l'obligation de prendre le temps de réunir l'Assemblée nationale plusieurs jours avant, il aurait été trop tard".

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, à la tribune de l\'Assemblée nationale, le 4 septembre 2013 à Paris, lors du débat sur le principe d\'une intervention militaire en Syrie.
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, à la tribune de l'Assemblée nationale, le 4 septembre 2013 à Paris, lors du débat sur le principe d'une intervention militaire en Syrie. (PATRICK KOVARIK / AFP)