Syrie : un raid aérien contre un camp de civils déplacés fait 28 morts

Le camp, situé dans la province d'Idleb dans le nord du pays, accueillait des familles ayant fui des combats dans la région d'Alep.

Les dégâts dans le camp de réfugiés d\'Al-Kammouna, dans le nord de la Syrie, après un raid aérien qui a fait 28 morts, le 5 mai 2016.
Les dégâts dans le camp de réfugiés d'Al-Kammouna, dans le nord de la Syrie, après un raid aérien qui a fait 28 morts, le 5 mai 2016. (FIRAS FAHAM / AFP)

Nouveau drame en Syrie : un raid aérien, dont les auteurs ne sont pas connus, a tué 28 personnes, jeudi 5 mai, dans la province d'Idleb, au nord du pays. Les bombardements ont visé un camp de déplacés, des civils, où se trouvaient des familles ayant fui les combats qui ont ensanglanté Alep et sa province ces dernières semaines.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, des femmes et des enfants se trouvent parmi les victimes des frappes, qui ont également fait une cinquantaine de blessés. Le camp touché, celui d'Al-Kammouna, est situé près d'une ville frontalière de la Turquie.

Un soutien des rebelles accuse les avions du régime

Selon le directeur d'une agence de presse proche des rebelles, et basée à Alep, accuse "deux avions du régime" d'avoir frappé le camp, tirant quatre missiles. "Deux sont tombés tout près, provoquant un mouvement de panique, et deux autres à l'intérieur où une dizaine de tentes ont pris feu", affirme-t-il.

Dans le ciel syrien, on trouve les avions du régime de Bachar Al-Assad, mais aussi de l'armée russe et de la coalition internationale menée par les Etats-Unis.