Cet article date de plus de cinq ans.

Syrie : un cessez-le-feu globalement respecté, mais fragile

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Syrie : un cessez-le-feu globalement respecté, mais fragile
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Les armes se sont tues dans la plupart des grandes villes, à l'exception de la capitale Damas où plusieurs obus sont tombés.

En Syrie, le cessez-le-feu entre les forces du régime et les rebelles est entré en vigueur à minuit ce 27 février. Cette trêve est la première depuis le début de la guerre il y a cinq ans. Les commerces ont pu ouvrir sans la menace ni le bruit des canons. À Damas, comme dans une grande partie de la Syrie, les habitants ont savouré le premier jour du cessez-le-feu. "On espère que le cessez-le-feu va continuer, que le peuple syrien va retrouver la paix et que les réfugiés pourront retourner chez eux", explique un Syrien.

300 000 morts

La guerre a déplacé 11 millions de Syriens soit près de la moitié de la population. Elle a aussi fait près de 300 000 morts. La trêve n'est pas totale puisque les bombardements contre le groupe Etat islamique continuent. Mais le régime de Assad, les factions rebelles et les forces kurdes se sont engagés à stopper les combats. Malgré tout, ce cessez-le-feu est très fragile.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.