Syrie : "Ils nous bombardent, mais nous ne savons pas pourquoi"

Depuis le 9 mars, l'armée de Bachar Al-Assad mène une offensive sur Idleb, au nord-ouest du pays, obligeant femmes et enfants à trouver refuge dans des caves. Une habitante témoigne.

Francetv info

Le centre-ville n'est pas aussi dévasté que celui de Homs, mais Idleb est également un bastion du mouvement de révolte en Syrie. Lundi 12 mars, dix soldats fidèles au régime ont péri dans une attaque rebelle dans cette région du nord-ouest. Une zone montagneuse, frontalière de la Turquie, où l'armée loyaliste mène, depuis le 9 mars, une offensive pour écraser les rebelles qui y sont retranchés. L'armée de Bachar Al-Assad a ainsi bombardé des quartiers de la ville d'Idleb. Plusieurs immeubles se sont effondrés, a indiqué à l'AFP Yasser, un militant anti-régime présent sur place. "Les habitants manquent totalement d'eau et d'électricité et les communications (portables et fixes) sont coupées", a ajouté ce militant, contacté via Skype.

Pour les civils, la vie est bouleversée. Les hélicoptères survolent la ville et le bruit des combats résonne dans les rues. Sortir, c'est prendre le risque d'être blessé. Effrayés, femmes et enfants trouvent donc refuge dans des abris de fortune. Une habitante témoigne.

 

A Idleb (Syrie), le 25 février 2012.
A Idleb (Syrie), le 25 février 2012. (BULENT KILIC / AFP)