Frappes en Syrie : la colère de Vladimir Poutine

La Russie n'a pas du tout apprécié les frappes occidentales sur le territoire de son allié syrien.

Voir la vidéo

Vladimir Poutine est furieux après les frappes occidentales en Syrie, samedi 14 avril. "Mais les Russes n'ont pas été pris par surprise rappelle tout de même le journaliste Dominique Derda, en direct de Moscou. Il suffisait de lire les tweets de Donald Trump pour se rendre compte que les opérations étaient imminentes." La colère de Moscou est réelle, mais de l'autre côté, la diplomatie continue.

Poutine déterminé à soutenir al-Assad

Vladimir Poutine savait pertinemment que les Occidentaux allaient intervenir en Syrie. Mais le président russe est déterminé à soutenir jusqu'au bout Bachar al-Assad et affirme que l'attaque à l'arme chimique attribuée à l'armée syrienne était une mise en scène destinée à justifier une opération militaire contre le régime de Damas. Côté militaire, au ministère russe de la Défense, le chef d'état-major a donné un décompte précis du nombre de bombes lancées par les Américains et les Britanniques, mais pas celles des Français.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président russe, Vladimir Poutine, à Moscou, le 19 mars 2018.
Le président russe, Vladimir Poutine, à Moscou, le 19 mars 2018. (YURI KADOBNOV / AFP)