Cet article date de plus de quatre ans.

Exode massif à Alep-Est : avec les attaques chimiques, "la population n'est à l'abri nulle part"

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a estimé lundi que près de 10 000 civils avaient fui Alep-Est en moins de 24 heures. Le secteur de la ville est la cible de bombardements et d'attaques chimiques. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des familles syriennes ont fui les quartiers rebelles d'Alep-Est, le 27 novembre 2016 (GEORGE OURFALIAN / AFP)

Le chiffre est énorme. Lundi 28 novembre, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a affirmé qu'en moins de 24 heures près de 10 000 civils avaient fui la partie rebelle de la ville d'Alep. Conséquence des bombardements dévastateurs et de l'avancée des forces du régime de Bachar el-Assad, qui contrôlent désormais les quartiers du nord-est de l'ancienne capitale économique de la Syrie, cet exode massif s'explique également par l'utilisation d'armes chimiques.

Des attaques mortelles au chlore

Youssef, un infirmier, se souvient avoir senti une forte odeur de javel, en arrivant sur les lieux d'un bombardement le 20 novembre. "Dans un appartement, nous avons découvert une famille entière, morte, raconte-t-il à franceinfo. Il y avait quatre enfants et les parents, allongés sur le sol dans une même pièce."

On avait l'impression qu'ils dormaient. Ils avaient les lèvres bleues et les joues gonflées.

Youssef, infirmier

à franceinfo

Cette découverte macabre est probablement due à une attaque au chlore. À très forte concentration, le produit brûle les tissus des poumons et peut entraîner la mort. L'objectif : pousser les civils à fuir. "Lors de bombardements 'classiques', la population a tendance à trouver refuge dans les sous-sols, où elle pense être à l'abri des frappes, explique le docteur Jelloul, qui répond à franceinfo depuis la campagne d'Alep. Avec les armes chimiques, le régime veut terroriser et signifier à la population qu'elle n'est à l'abri nulle part."

Le régime utilise ces armes chimiques pour atteindre les endroits où les gens pensent être hors d'atteinte

Dr Jelloul

à franceinfo

Lancée par le régime le 15 novembre pour reprendre la totalité d'Alep, l'offensive est devenue un enjeu majeur du conflit. Les troupes syriennes contrôlent désormais au moins un tiers du secteur rebelle de la ville. Selon l'OSDH, la guerre en Syrie, déclenchée en 2011, a fait plus de 300 000 morts.

"Ils avaient les lèvres bleues et les joues gonflées" : des attaques chimiques sur Alep-Est. Reportage d'Omar Ouahmane
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.