Soupçons d'attaques chimiques en Syrie : la France a recueilli plusieurs témoignages de médecins indépendants

La France a eu la preuve, via des témoignages de médecins indépendants, qu'il y a eu utilisation d'un agent neurotoxique dans deux attaques en Syrie, qu'elles ont été déclenchées par le régime syrien et qu'elles ont fait de nombreux morts, rapporte franceinfo, vendredi.

De la fumée au dessus de la ville de Douma, dans la Ghouta orientale en Syrie, le 7 avril 2018.
De la fumée au dessus de la ville de Douma, dans la Ghouta orientale en Syrie, le 7 avril 2018. (STRINGER / AFP)

Le gouvernement français a recueilli plusieurs témoignages de médecins indépendants qui attestent de deux attaques chimiques en Syrie samedi 7 avril 2018, selon les informations du service monde de franceinfo, vendredi 13 avril.

Deux frappes perpétrées avec du chlore

Deux frappes ont été menées sur la ville de Douma, dans le fief rebelle de la Ghouta orientale. La première a été perpétrée avec du chlore, un gaz peu meurtrier s'il est utilisé seul. La seconde a été réalisée avec du chlore associé à un autre agent neurotoxique. Cette deuxième frappe a tué vite et en nombre.

La France a la preuve qu'il y a eu utilisation d'un agent neurotoxique, que cette attaque a été déclenchée par le régime syrien et qu'elle a fait de nombreux morts. Ces trois conditions sont précisément celles de la ligne rouge fixée par Emmanuel Macron. Le franchissement de cette ligne rouge "fera l'objet de représailles et d'une riposte immédiate", avait déclaré le président fin mai 2017.