Alep : Jean-Marc Ayrault dénonce des "atrocités qui révoltent les consciences"

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault s'est exprimé, mardi, par communiqué, sur la situation à Alep. L'est de la ville est en train de tomber aux mains des forces gouvernementales. Il dit disposer des allégations d'exactions commises "par les forces favorables au régime".

À Alep-Est, le 4 décembre 2016, des habitants retournent dans le quartier Massaken Hanano, retombé aux mains de l\'armée syrienne
À Alep-Est, le 4 décembre 2016, des habitants retournent dans le quartier Massaken Hanano, retombé aux mains de l'armée syrienne (YOUSSEF KARWASHAN / AFP)

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a indiqué dans un communiqué publié mardi 12 décembre, que ses services disposaient "de nombreuses allégations d'exactions commises par les forces favorables au régime de Bachar Al Assad" à Alep, en Syrie.

Il appelle les Nations Unies "à utiliser sans délai tous les mécanismes qui permettent d’établir la vérité sur ce qui se passe à Alep" pour faire en sorte "que ces crimes ne restent pas impunis".

"De nombreuses allégations d’exactions (...) nous parviennent : assassinats de sang-froid de familles entières au motif qu’elles seraient proches de l’opposition, exécutions sommaires, notamment de femmes et d’enfants, personnes brûlées vives dans leurs maisons, poursuite du ciblage systématique des hôpitaux, de leur personnel et de leurs patients", détaille Jean-Marc Ayrault. Pour le ministre des Affaires étrangères, "de telles atrocités révoltent les consciences."

 "Plus que jamais, il y a urgence à faire cesser les hostilités à Alep. Les soutiens du régime, à commencer par la Russie, ne peuvent pas laisser faire et admettre cette logique de vengeance et de terreur systématique sans prendre le risque d’en être complices" conclut Jean-Marc Ayrault.