Cet article date de plus de cinq ans.

Yémen : des dizaines de morts dans un raid aérien sur un camp de déplacés

Ce bilan a été donné par l'Organisation internationale pour les migrations. Une coalition menée par l'Arabie saoudite mène une campagne de bombardements dans le pays, depuis le 26 mars.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des Yéménites fuient la ville d'Aden (Yémen), cible de frappes aériennes menées par une coalition de neuf pays arabes, le 30 mars 2015. (SALEH AL-OBEIDI / AFP)

Des dizaines de civils ont été tués, lundi 30 mars, dans un raid aérien qui a touché un camp de déplacés au Yémen, lundi 30 mars, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Une frappe sur le camp d'Al-Mazrak, situé dans le nord-ouest du pays, a fait au moins 40 morts et 200 blessés, selon un nouveau bilan de l'OIM. Des sources médicales dans un hôpital près du camp ont confirmé ce bilan.

Ce raid intervient au cinquième jour d'une campagne de frappes aériennes au Yémen lancée, jeudi 26 mars, par une coalition de neuf pays arabes, conduite par l'Arabie saoudite. L'objectif est d'empêcher les rebelles chiites houthis d'instaurer un régime pro-iranien dans ce pays frontalier du royaume saoudien.

Les secours seraient ralentis par les bombardements

Ces pertes civiles sont les plus lourdes depuis le lancement des frappes. Selon des témoins, des ambulances ont eu des difficultés à parvenir à Al-Mazrak, à cause de bombardements de la coalition sur la route qui mène au camp. Il abrite depuis 2009 des Yéménites, déplacés par le conflit entre les houthis et le gouvernement. Selon Pablo Marco, chef du programme de MSF pour le Moyen-Orient, 500 nouvelles familles étaient arrivées dans le camp ces deux derniers jours.

Quelque 75 agents de l'OIM ont été dépêchés sur place pour aider les victimes, a précisé cette organisation intergouvernementale. Plus tôt dans la journée, un responsable du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha) au Yémen et Médecins sans frontières (MSF) avaient eux aussi fait état d'un raid aérien dans la province de Hajja.

Le porte-parole de la coalition, Ahmed Assiri, a indiqué pour sa part que les dernières frappes avaient ciblé des dépôts de missiles balistiques. Selon lui, la coalition a en outre imposé un blocus maritime au pays et tous les mouvements depuis et vers les ports yéménites seront contrôlés. Lundi en fin d'après-midi, le nord de la capitale Sanaa a été secoué par des déflagration provoquées par des raids aériens.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.