Cet article date de plus de cinq ans.

Yémen : à Aden, les combats ont fait au moins 75 morts

Ce bilan a été donné par un responsable du ministère de la Santé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un char de l'armée dans les rues d'Aden (Yémen), le 27 mars 2015. (  REUTERS)

En trois jours, les combats à Aden (Yémen) entre rebelles chiites Houthis et des comités de défense ont fait 75 morts, selon un bilan provisoire donné samedi 28 mars par un correspondant de l'AFP.

Ces violences interviennent alors que la Ligue arabe consacre un sommet au conflit au Yémen, dans lequel se sont engagés plusieurs de ses membres. Depuis jeudi, une coalition emmenée par l'Arabie Saoudite bombarde en effet les rebelles chiites Houthis qui menacent le pouvoir central.

La ville d'Aden plongée dans le chaos

En l'absence de forces de sécurité, des groupes armés circulant parfois à bord de chars d'assaut, se sont installés à Aden, deuxième ville du Yémen, dans le sud, plongée dans un chaos total au milieu de tirs et d'explosions. De jeunes volontaires se sont constitués en comités de défense de leurs quartiers. Ils font face aux miliciens Houthis qui ont brusquement fait leur apparition à Aden, où s'était retranché le président Hadi, après sa fuite de la capitale Sanaa en février.

Dans l'après-midi, toute la ville a tremblé à la suite de puissantes explosions survenues dans un grand dépôt d'armes, situé dans une cave de la montagne Jebel Hadid, non loin du port. Livré depuis vendredi aux pilleurs, ce dépôt a été le théâtre d'affrontements avant les déflagrations, selon des témoins. "Nous avons retiré jusqu'ici 14 corps carbonisés et il y a, selon nos informations, d'autres cadavres à l'intérieur", a déclaré à l'AFP le directeur du département municipal de la Santé, Al-Kheder Lassouar. 

Un engagement "jusqu'au retour de la sécurité"

Dans ce contexte, l'engagement arabe au Yémen durera "jusqu'au retour à la sécurité", a promis le roi saoudien Salmane Ben Abdel Aziz à l'ouverture du sommet."J'appelle à la poursuite de cette opération jusqu'à ce que ce gang [les Houthis] se rende et se retire de toutes les terres qu'il occupe dans toutes les provinces", a lancé pour sa part Abd Rabbo Mansour Hadi.

L'intervention de la coalition "est un test pratique pour une force arabe unie devenue une exigence afin de protéger durablement la sécurité des Arabes", a ajouté le président yéménite. Cet sommet de la Ligue Arabe doit en effet se pencher sur la création d'une force arabe conjointe permanente pour combattre "les groupes terroristes".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.