Mer Rouge : l'Union européenne lance la mission Aspides, afin d'assurer la protection du trafic maritime

Les rebelles houthis du Yémen lancent des attaques répétées contre des navires, en solidarité, disent-ils, avec les Palestiniens de la bande de Gaza. Le mandat de cette mission européenne sera défensif.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La frégate allemande "Hessen", le 22 décembre 2023 à Wilhelmshaven (Allemagne). (HAUKE-CHRISTIAN DITTRICH / DPA)

L'Union européenne a officiellement lancé sa mission de protection du trafic maritime en mer Rouge, a annoncé la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, lundi 19 février. "L'Europe va assurer la liberté de navigation en mer Rouge, en coordination avec nos partenaires internationaux", s'est-elle félicitée sur le réseau social X. Plusieurs pays ont fait part de leur intention de participer à cette mission baptisée Aspides ("bouclier" en grec ancien), dont la Belgique, l'Italie, l'Allemagne ou la France. L'Espagne, à l'inverse, ne la rejoindra pas.

Cette mission a été officiellement lancée par les ministres des Affaires étrangères de l'UE réunis à Bruxelles. Elle est prévue pour une période d'un an, éventuellement renouvelable. Cela ne signifie pas qu'elle sera immédiatement opérationnelle : il appartiendra à son commandement de déterminer quand elle disposera de ressources suffisantes pour être totalement opérationnelle, ce qui devrait prendre "quelques semaines", selon un diplomate européen.

Une mission à visée défensive

La frégate allemande Hessen est partie le 8 février en direction de la mer Rouge, avec un équipage de quelque 240 personnes. Elle sera en état d'alerte permanent et pourra répondre à d'éventuelles attaques avec des missiles, drones et "bateaux kamikazes" télécommandés. La Belgique a, elle, annoncé son intention d'envoyer sa frégate Marie-Louise. La France s'est dite prête à mettre l'une de ses frégates déjà présentes en mer Rouge à disposition de la mission Aspides.

Le mandat de cette mission de surveillance et patrouille maritime est strictement défensif, alors que le trafic en mer Rouge est perturbé par les attaques des rebelles houthis. Elle pourra faire feu pour défendre les navires marchands ou se défendre elle-même, mais ne pourra pas viser des objectifs à terre contre des positions des rebelles houthis au Yémen, a appris l'AFP auprès de diplomates. 

Les houthis du Yémen, soutenus par l'Iran, ont annoncé une énième attaque dans le golfe d'Aden, lundi, dirigée contre un navire britannique. Les houthis, qui contrôlent de vastes régions du Yémen, affirment mener ces attaques en solidarité avec les Palestiniens dans la bande de Gaza. Ces attaques ont déclenché des frappes de représailles de la part des forces américaines et britanniques au Yémen, dont la dernière a eu lieu samedi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.