Arabie saoudite : les rebelles yéménites ont mené plusieurs attaques, dont une a provoqué un gigantesque incendie à Jeddah

Ces attaques interviennent à la veille du septième anniversaire de l'intervention d'une coalition militaire dirigée par Riyad au Yémen pour combattre les rebelles houthis, proches de l'Iran.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un incendie dans une installation de stockage de pétrole dans la ville côtière de Jeddah, sur la mer Rouge, en Arabie saoudite, le 25 mars 2022. (ANDREJ ISAKOVIC / AFP)

Les rebelles yéménites Houthis ont revendiqué vendredi 25 mars une série d'attaques en Arabie saoudite. Une d'entre elles a provoqué un gigantesque incendie sur une installation pétrolière du géant Aramco à Jeddah. L'incendie "a été maîtrisé et n'a pas fait de victimes", a assuré la coalition militaire dirigée par Riyad en début de soirée. Il n'aurait "pas d'impact sur les activités dans la ville de Jeddah", en référence notamment au circuit de Formule 1 tout proche où doit se tenir le Grand Prix d'Arabie saoudite dimanche. L'attaque a visé "des réservoirs de produits pétroliers" d'Aramco.

Ces attaques interviennent à la veille du septième anniversaire de l'intervention de la coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen pour combattre les rebelles Houthis, proches de l'Iran. Dans leur communiqué, les Houthis disent avoir mené en tout 16 attaques.

Elles surviennent alors que les prix du pétrole ont fortement augmenté depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février et que les approvisionnements mondiaux ont été perturbés, la Russie étant frappée par des sanctions occidentales. "L'Arabie saoudite n'assumera pas la responsabilité de toute pénurie d'approvisionnement en pétrole sur les marchés mondiaux au regard des attaques sur ses installations pétrolières", avait assuré lundi le ministère saoudien des Affaires étrangères.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Yémen

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.