Cet article date de plus de huit ans.

Turquie. Une femme décapite son violeur

Agée de 26 ans, elle a jeté sa tête sur la place du village, devenant une héroïne pour les féministes du pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Après avoir décapité son présumé violeur, une jeune Turque a jeté sa tête sur la place de son village, Yalvac. (GOOGLE MAPS / FTVI )

PROCHE-ORIENT - Elle affirme avoir lavé son honneur. Une femme turque de 26 ans a décapité un homme qu'elle accuse de l'avoir violée pendant des mois, rapporte le Daily Mail, lundi 3 septembre. La jeune femme, mère de deux enfants, a ensuite jeté la tête de sa victime sur la place de son village, Yalvac, dans l'ouest du pays. Arrêtée juste après, elle a déclaré aux policiers : "C'est la tête de celui qui a joué avec mon honneur."

Selon le quotidien britannique, la jeune femme affirme que son violeur la faisait chanter, après avoir pris des photos d'elle nue. Il menaçait, soutient-elle, de les envoyer à ses parents si elle ne continuait pas à avoir des rapports sexuels avec lui. Craignant que ses enfants soient insultés par sa faute, notamment sa fille qui "rentre à l'école cette année", la jeune mère a pris un fusil et a tiré dix fois sur son agresseur, l'a poignardé à l'abdomen avant de lui couper la tête. 

Depuis, les féministes du pays la qualifient d'héroïne, selon le Daily Mail. Enceinte de cinq mois, elle demande aux autorités le droit d'avorter alors que le délai légal d'avortement en Turquie est de dix semaines de grossesse. D'après le quotidien britannique, elle se dit prête à mourir tant qu'elle n'aura pas obtenu cette autorisation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.