Un cadre de l'ONU plaide pour un "Nuremberg" du groupe Etat islamique

Depuis un an, Karim Khan, qui dirige l'enquête de l'ONU sur les crimes jihadistes, sillonne l'Irak pour récolter des preuves de crime contre l'humanité, de crime de guerre ou de génocide.

Karim Khan, directeur des investigations de l\'ONU sur les crimes jihadistes, le 27 juillet 2019 à Bagdad (Irak). 
Karim Khan, directeur des investigations de l'ONU sur les crimes jihadistes, le 27 juillet 2019 à Bagdad (Irak).  (SABAH ARAR / AFP)

Un procès pour avancer. Karim Khan, qui mène l'enquête de l'ONU sur les crimes jihadistes, plaide pour un procès du groupe Etat islamique dans un entretien à l'AFP publié lundi 29 juillet. Comme à Nuremberg pour les nazis, le monde doit juger le groupe terroriste pour faire entendre ses victimes, explique-t-il.

"C'est une montagne à surmonter", concède ce spécialiste des droits humains, alors que l'ONU commence à analyser jusqu'à 12 000 corps de plus de 200 charniers, 600 000 vidéos de crimes de l'Etat islamique et 15 000 pages de documents de la bureaucratie de l'organisation jihadiste.

L'Irak et l'humanité ont besoin de leur Nuremberg. Plus personne ne pouvait embrasser les principes de 'Mein Kampf' et être pris au sérieux, les signaux d'alarme de la conscience collective se sont activés.Karim Khanà l'AFP

Et là où "Nuremberg a éduqué l'Allemagne et l'Europe", un procès de l'Etat islamique servira l'Irak et "d'autres parties du monde où des communautés peuvent être vulnérables à la propagande de l'EI", poursuit-il.

Cette idéologie sera démystifiée et le public (...) pourra réaliser une vérité évidente : il s'agit de l'Etat le moins islamique qui ait existé.Karim Khanà l'AFP

Depuis un an, cet avocat britannique sillonne l'Irak avec près de 80 personnes pour rassembler preuves et témoignages. L'ONU tente d'établir s'il y a eu crime contre l'humanité, crime de guerre ou génocide, les crimes les plus graves du droit international.