Un Américain capturé en Syrie dit avoir rejoint l'Etat islamique par curiosité

Cet enseignant texan de 34 ans, récemment capturé par les forces menées par les Kurdes, témoigne à la télévision américaine.

Des soldats américains et des combattants kurdes des Forces démocratiques syriennes patrouillent ensemble, le 4 novembre 2018 à Hassaké, en Syrie.
Des soldats américains et des combattants kurdes des Forces démocratiques syriennes patrouillent ensemble, le 4 novembre 2018 à Hassaké, en Syrie. (RODI SAID / REUTERS)

Il dit avoir été intrigué par le groupe jihadiste Etat islamique. Mais il assure n'avoir pas combattu dans ses rangs. Warren Christopher Clark, un enseignant texan de 34 ans, récemment capturé par les forces menées par les Kurdes en Syrie, a témoigné dans un entretien à la chaîne de télévision américaine NBC News, mardi 15 janvier.

Le Texan, qui s'est converti à l'islam et a pris le nom d'Abu Mohammed Al-Ameriki, raconte être entré en Syrie par la Turquie en 2015, après avoir visionné des vidéos de décapitations perpétrées par l'Etat islamique. "Je voulais en apprendre davantage au sujet de leur idéologie, explique-t-il. Je voulais aller voir de quoi il retournait vraiment avec ce groupe et voir ce qu'ils faisaient." 

Je suis des Etats-Unis, du Texas. Ils aiment exécuter des gens, aussi. Donc je ne vois pas la différence. Ils le font peut-être hors caméra mais c'est la même chose.Warren Christopher Clarkà NBC News

L'Américain affirme avec insistance n'avoir jamais combattu dans les rangs du groupe jihadiste qui, selon lui, l'a placé en détention à une dizaine de reprises à cause de son refus de prendre les armes, précise NBC News. Ancien enseignant remplaçant à Sugar Land, près de Houston, il dit avoir offert ses services de professeur d'anglais dans les territoires occupés par l'Etat islamique.

Warren Christopher Clark fait partie des cinq étrangers dont les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont annoncé la capture le 7 janvier dans l'est de la Syrie. Selon ces forces, soutenues par la coalition internationale menée par les Etats-Unis, ils avaient rallié l'Etat islamique dans ce pays. Warren Christopher Clark précise que la police fédérale américaine (FBI) a pris contact avec lui. Les autorités américaines n'ont à ce stade pas indiqué ce qu'il allait advenir de lui.