Turquie : l'identité de l'auteur de l'attentat-suicide de Suruç confirmée

Il s'agit d'un Turc de 20 ans, recruté depuis peu par le groupe Etat islamique.

Des manifestants à Suruç (Turquie), sur les lieux de l\'attentat-suicide, le 21 juillet 2015. 
Des manifestants à Suruç (Turquie), sur les lieux de l'attentat-suicide, le 21 juillet 2015.  (YONGXIN CHI / CITIZENSIDE.COM / AFP)

Un Turc de 20 ans. Les autorités turques ont formellement identifié, mercredi 22 juillet, l'auteur de l'attentat-suicide attribué au groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui a fait au moins 32 morts, lundi, à Suruç (Turquie), à la frontière syrienne.

"Nous confirmons sur la base des analyses génétiques pratiquées que l'auteur de l'attaque est un homme de 20 ans originaire d'Adiyaman [sud-est de la Turquie]", a déclaré un responsable turc sous couvert de l'anonymat.

Une jeune recrue du groupe Etat islamique

Le jeune homme, identifié sous les initiales S.A.A., a rejoint les rangs de l'EI seulement deux mois plus tôt, a rapporté mercredi la presse turque. Selon les autorités turques, il s'est fait exploser lundi à la mi-journée dans les jardins du centre culturel de Suruç, au milieu d'un groupe de jeunes partisans de la cause kurde qui désiraient participer à la reconstruction de Kobani, ville du Kurdistan syrien.

A l'heure actuelle, les autorités turques enquêtent sur d'éventuels liens entre l'attaque meurtrière de Suruç, et l'attentat qui avait fait 4 morts et plusieurs dizaines de blessés lors d'une réunion publique du principal parti kurde de Turquie, le 5 juin, soit deux jours avant les élections législatives.

Une risposte du PKK

Les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont riposté mercredi à l'attentat suicide, renforçant les craintes d'une contagion du conflit syrien à la Turquie voisine. Le mouvement kurde a revendiqué l'assassinat de deux policiers turcs accusés de "coopération" avec les jihadistes, retrouvés morts une balle dans la tête dans la matinée dans une autre ville turque proche de frontière syrienne.

Cette opération du PKK intervient alors que le gouvernement s'est réuni en vue de renforcer sa sécurité à sa frontière avec la Syrie dans la foulée de l'attentat. Elle menace de faire voler en éclats le fragile processus de paix engagé avec Ankara en 2012.