Terrorisme : le réfugié était-il un cadre de Daech ?

Un jeune homme irakien était rentré en France et avait obtenu le statut de réfugié politique en juin 2017. Cet homme qui vivait dans le Calvados pourrait être un ancien cadre dirigeant de Daech. Il nie les faits, mais a été mis en examen, notamment pour crime de guerre, et placé en détention provisoire.

Voir la vidéo
France 3

Ahmed H., irakien de 33 ans, était arrivé en France en 2016. Cet homme semblait mener une vie discrète et tranquille dans un immeuble de Lisieux (Calvados). Mais un possible passé jihadiste l'a rattrapé. Ses voisins ont assisté à son arrestation en mars dernier. La justice irakienne le soupçonne d'être un ancien cadre du groupe Etat islamique.

Placé en détention provisoire et mis en examen

L'homme aurait notamment participé au massacre de Tikrit en 2014. Daech y avait exécuté jusqu'à 1 700 Irakiens. Profitant de la crise migratoire, Ahmed H. se serait dissimulé dans la masse des réfugiés qui auraient rejoint l'Europe. L'Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (Ofpra) lui accorde en 2017 son statut de réfugié. À ce titre, il bénéficie d'une carte de résident de dix ans. Mais à l'été 2017, les services de renseignement français identifient et suivent Ahmed H. et le signalent à la justice. Placé en détention provisoire à Fleury-Mérogis (Essonne), l'homme a été mis en examen pour crime de guerre et assassinat en relation avec une entreprise terroriste. Son statut de réfugié lui a été retiré.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le village d\'Al-Alam, dans les faubourgs de Tikrit (Irak), repris aux jihadistes de l\'Etat islamique, le 9 mars 2015.
Le village d'Al-Alam, dans les faubourgs de Tikrit (Irak), repris aux jihadistes de l'Etat islamique, le 9 mars 2015. (YOUNIS AL-BAYATI / AFP)