Daech : soupçons sur un réfugié français

Comment un irakien arrivé en France en 2016 et soupçonné d'être un jihadiste a-t-il pu obtenir le statut de réfugié politique ? Cet homme, arrêté dans le Calvados, a été écroué et mis en examen pour crime de guerre. Il aurait participé, avec le groupe État islamique, au massacre de Tikrit (Irak).

Voir la vidéo
France 2

Ahmed H., irakien de 33 ans, était arrivé en France en 2016. Le suspect vivait dans un immeuble de Lisieux (Calvados) jusqu'au 6 mars dernier. À l'aube les services de renseignement l'interpellent dans son appartement. L'homme était réfugié politique en France depuis juin 2017. Il a été mis en examen le 9 mars dernier, notamment pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste et crime de guerre, selon le parquet de Paris.

Arrêté et incarcéré

Avant d'arriver à Lisieux, Ahmed H. était recherché par les autorités irakiennes et Interpol. L'homme serait un ancien membre du parti de Saddam Hussein et aurait rejoint le groupe État islamique. Mais surtout, cet homme est soupçonné d'avoir participé au massacre de soldats irakiens à Tikrit (Irak), en juin 2014. Sous une fausse identité, il aurait emprunté la route des migrants. Ce cas rare n'est cependant pas une première. Comment a-t-il pu obtenir son statut de réfugié et sa carte de résident de dix ans en France ? Alertés par les autorités irakiennes, les services de renseignement l'ont surveillé puis arrêté. Ahmed H. est depuis incarcéré et son statut de réfugié lui a été retiré.

Le JT
Les autres sujets du JT
Prison Fleury-Mérogis, décembre 2017.
Prison Fleury-Mérogis, décembre 2017. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)