Terrorisme : la menace de Daech demeure

Sur le plateau du 20 Heures de France 2, Étienne Leenhardt analyse en quoi la fin de l'emprise géographique de Daech ne coïncide par avec la fin de la menace qu'il peut faire peser.

France 2

La particularité de l'État islamique était jusqu'ici d'être installé sur un territoire à cheval entre la Syrie et l'Irak. Le fait de gagner la guerre ne signifierait pas qu'il en serait fini de Daech. "C'est d'ailleurs toute la difficulté de communiquer dans ce dossier. Parce que, si je vous dis : 'Dans deux mois c'est la fin de la guerre contre Daech en Syrie', vous allez peut-être le comprendre comme : 'C'est la fin des attaques terroristes que l'organisation a menées depuis plusieurs années'. Le président de la République annonce la fin de Daech en tant qu'organisation constituée, avec son territoire, avec ses chefs, avec ses capacités opérationnelles", explique Étienne Leenhardt.

Des attentats toujours à craindre

De nouveaux groupes jihadistes sont déjà en train d'émerger dans cette région désertique à la frontière entre l'Irak et la Syrie. "Même s'il n'a plus ni capitale, ni territoire, le groupe État islamique reste la bannière, le drapeau, le porte-étendard sur lequel des attentats sont organisés un peu partout à travers le monde", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux femmes marchent dans une rue d\'Alep, en Syrie, le 16 juillet 2017.
Deux femmes marchent dans une rue d'Alep, en Syrie, le 16 juillet 2017. (OMAR SANADIKI / REUTERS)